Navigation

Une première victoire pour Köbi Kuhn

Murat Yakin (numéro 4) et Johann Vogel (6) en lutte contre l'autrichien Ronald Brunmayr. Keystone

L'équipe de Suisse a gagné sur le score de 2-1, en match amical, contre l'Autriche à Vienne. Le nouveau coach, Köbi Kuhn, a tout lieu d'être satisfait pour ses débuts. Son équipe a fait preuve d'une nette supériorité dans le jeu collectif.

Ce contenu a été publié le 16 août 2001 - 08:25

L'essai tenté avec le néophyte Berner au poste de latéral gauche a été une réussite. Murat Yakin, pour sa part, a parfaitement remplacé Henchoz dans l'axe central de la défense. Auteur d'un but superbe, Vogel a justifié sa position de titulaire, même si Sforza l'a fort convenablement relayé en seconde période. Une fois encore, l'abattage de Fournier a été impressionnant. Et Comisetti, très travailleur, a répondu à l'attente de son entraîneur Köbi Kuhn.

Le chef d'oeuvre de Vogel

Dès le début du match, les Suisses se sont montrés plus agressifs au contact et mieux disposés sur le terrain. Ils ont donc logiquement pris l'avantage dès la 10e minute.

Après un corner obtenu sur une infiltration de Fournier, Vogel expédiait un tir imparable du gauche sur une passe en retrait de Murat Yakin. Et il inscrivait ainsi son deuxième but en équipe nationale, deux ans après le premier, obtenu également contre l'Autriche à Saint-Gall.

Les Autrichiens, eux, ne parvenaient pas à construire une offensive digne de ce nom. A la 28e minute seulement, sur un tir de Herzog, Pascolo effectuait son premier arrêt. En revanche, Wohlfahrt était beaucoup plus sollicité. Sur une volée de Comisetti, il repoussait le ballon des deux poings.

Signe d'impuissance, dans les dernières minutes avant la pause, Herzog tentait sa chance sur des tirs à longues distances qui manquaient de précision. Les Autrichiens regagnaient les vestiaires sous les sifflets nourris de leurs supporters.

La griffe de Sforza

Alors que Köbi Kuhn se contentait de remplacer Zellweger par Haas et Vogel par Sforza, Otto Baric procédait à quatre changements durant la pause. Mais les Suisses abordaient la seconde période avec le même esprit conquérant. A la 53e minute, sur un coup franc botté par Fournier, la reprise de la tête de Hakan Yakin survolait la barre transversale.

Puis un tir de Fournier mettait le gardien Manninger en difficulté. Mais, à l'heure de jeu, c'est le gardien Pascolo qui faisait piètre figure. Il laissait passer sous son ventre un tir de 25 mètres de Herzog qui avait eu tout le temps d'armer son envoi. Une égalisationinespérée pour les Autrichiens, compte tenue de la physionomie de la partie.

Sforza se distinguait à la 63e minute par une tentative de lob qui mettait en difficulté le portier autrichien. Celui-ci effectuait un arrêt extraordinaire sur un envoi à bout portant de Frei après un centre de Wicky (70e). Mais sur la reprise de la tête de Hakan Yakin, servi par Sforza, le mercenaire de la Fiorentina capitulait.

En confiance, les Suisses se montraient dès lors les maîtres de la fin de la partie.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.