Une Suisse dirigera l'enquête de l'UE au Caucase

L'Union européenne (UE) donnera d'ici au 1er décembre son feu vert à une enquête sur les causes du conflit géorgien. Elle sera dirigée par la diplomate suisse Heidi Tagliavini, qui est mise à disposition par le ministère des Affaires étrangères (DFAE).

Ce contenu a été publié le 21 novembre 2008 - 15:40

Berne a indiqué à la présidence française de l'UE qu'elle était prête à libérer Heide Tagliavini de ses fonctions actuelles. La diplomate connaît bien la région du Caucase. De 2002 à 2006, elle a dirigé la Mission d'observation de l'ONU en Géorgie (MONUG) en qualité de représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies. La mission devra rendre ses conclusions le 31 juillet 2009.

La présidence française s'est réjouie de la réponse suisse, matérialisée par une lettre de la ministre des Affaires étrangères Micheline Calmy-Rey à son homologue français Bernard Kouchner. Paris a précisé que le mandat et le financement de la commission étaient en phase de finalisation.

Le ministère allemand des Affaires étrangères, qui avait insisté pour la mise en place d'une telle commission d'enquête et qui avait plaidé en faveur de la nomination de Heidi Tagliavini, a lui aussi salué le feu vert de la Confédération.

Le document doit maintenant être approuvé par ambassadeurs des 27 la semaine prochaine, en attendant une validation au niveau des ministres prévue le 1er décembre.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article