Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Une triple gifle pour le monde politique

Trafic routier: les Suisses freinent des deux pieds.

(Keystone Archive)

Les citoyens suisses ont voté trois fois contre l’avis de leur gouvernement et de leur parlement.

Le contre-projet à l’initiative Avanti et le nouveau droit du bail sont sèchement refusés. Tandis que l’initiative pour l’internement des délinquants sexuels est confortablement acceptée.

Les résultats de ce dimanche de votations sont très nets. Le peuple suisse a vertement désavoué ses autorités. L’intérêt des objets en jeu a attiré 45% des votants aux urnes, une participation normale pour un scrutin fédéral.

Au soir de ce triple désaveu, le gouvernement exprime sa volonté d’«analyser les causes de ces refus et de remettre l’ouvrage sur le métier».

S’agissant du contre projet Avanti et du droit du bail, le président de la Confédération et ministre de l’économie Joseph Deiss s’est défendu en rappelant que dans les deux cas, «le parlement avait modifié le texte du gouvernement».

Pas de second tube au Gothard

Le contre-projet à l’initiative Avanti est refusé par 62,8% du peuple et par tous les cantons. Les rejets les plus nets (plus de 70%) viennent des Grisons, d’Uri et du Valais, trois cantons directement concernés par le problème du trafic alpin.

«La possibilité offerte de creuser un second tunnel routier au Gothard est la cause principale de ce rejet», juge Moritz Leuenberger. Le ministre des transports estime en revanche que «l’idée d’un coup de pouce supplémentaire de la Confédération au trafic dans les agglomérations n’a pas été remise en question».

Du côté des partis gouvernementaux, Socialistes et Démocrates-chrétiens déduisent de ce refus la nécessité de renforcer la protection des Alpes. A l’opposé, Radicaux (droite) et Droite dure (Union démocratique du centre UDC) entendent donner la priorité à l’achèvement du réseau autoroutier.

«La Suisse a raté une chance» s’écrient d’une seule voix le comité pro-Avanti et le Touring Club Suisse. Pour les pères de l’initiative, il appartient maintenant aux cantons et aux communes de trouver le moyen de payer leurs projets d’infrastructure. Car il est «hors de question de les financer par de nouveaux impôts ou de nouvelles redevances».

Quant au comité de l’initiative des Alpes, il remercie dimanche soir le peuple suisse. Et voit dans ce vote une confirmation de celui de 1994, date de l’adoption de l’article constitutionnel qui prescrit le transfert du trafic alpin de la route au rail et interdit le percement d’un second tube au Gothard.

Le nouveau droit du bail aux orties

Second objet soumis au peuple, la modification du code des obligations servant de contre-projet à l’initiative, dite «Pour des loyers loyaux», est encore plus nettement refusée.

Le texte recueille 64% de non et un refus de tous les cantons. L’opposition la plus forte vient de Suisse romande, avec un record à 83,1% dans le canton de Vaud, suivi de Neuchâtel et du Jura.

C’est donc une nette victoire pour les défenseurs des locataires, auteurs du référendum, après la cinglante défaite de leur initiative sur les loyers, balayée en mai 2003.

Joseph Deiss est bien décidé à relancer rapidement le dialogue. Le ministre de l’économie a chargé l’Office fédéral du logement de réunir les bailleurs et les locataires en vue de préparer un projet qui doit parvenir au gouvernement cette année encore.

Le poids de l’émotion

Quant au seul oui de la journée, il est un peu moins net que les deux non. Le peuple accepte l’initiative dite «Internement à vie pour les délinquants sexuels ou violents jugés très dangereux et non amendables» à 56,2%.

Seuls les cantons de Vaud et de Bâle-Ville refusent ce texte, mais sur des résultats très serrés. A l’opposé, c’est au Tessin (74,6% de oui), à Schaffhouse et en Valais que l’initiative réalise ses meilleurs scores.

Le gouvernement et la majorité du parlement jugeaient pourtant l’initiative trop dure et inefficace, et lui préféraient la modification du code pénal, censée mieux répondre au souci des initiants, dont personne ne conteste la légitimité. Mais le peuple ne l’a pas entendu de cette oreille.

«Ce oui est une réaction à des années de pratiques trop laxistes et traduit une méfiance largement répandue envers les autorités et les spécialistes», commente Christoph Blocher, nouveau ministre de justice et police.

A noter que depuis 1891, c’est la quatorzième initiative populaire (sur 158) qui est acceptée. Les deux dernières ont été l’initiative des Alpes en 1994 et l’adhésion à l’ONU en 2002.

swissinfo

Faits

Contre-projet Avanti: refusé par 62,8% du peuple et par tous les cantons
Nouveau droit du bail: refusé par 64% du peuple et par tous les cantons
Initiative pour l’internement à vie des délinquants sexuels: accepté par 56,2% du peuple et par tous les cantons, sauf Vaud et Bâle-Ville
Participation: 45%

Fin de l'infobox

En bref

-Trois objets étaient au menu de ce 8 février:

-Un contre-projet du gouvernement à l’initiative «Avanti». Il prévoyait des améliorations pour le réseau autoroutier mais aussi pour les transports publics et le trafic d’agglomération. Et laissait ouverte la possibilité d'un second tunnel routier au Gothard.

-Un contre-projet à l’initiative «Pour des loyers loyaux». Il demandait notamment que l'évolution des loyers soit liée à celle du coût de la vie et non plus des taux hypothécaires.

-Une initiative intitulée «Internement à vie pour les délinquants sexuels ou violents jugés très dangereux et non amendables». Le texte a été déposé le 3 mai 2000, muni de 194'390 signatures valables.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×