Quand Blaise Cendrars se raconte

Il y a cent ans paraissait «La prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France», poème de voyage sur la Terre, mais aussi dans sa tête. En entrant dans la prestigieuse collection de La Pléiade, Blaise Cendrars retrouve sa place dans la littérature universelle.

Ce contenu a été publié le 13 mai 2013 - 13:35

Né en 1887 à La Chaux-de-Fonds, dans le canton de Neuchâtel, Cendrars a commencé à avoir la bougeotte à 17 ans. Il a raconté qu’il aurait pu choisir l’ouest, qu’il a choisi l’est comme un coup de dé. Il est parti jusqu’à l’autre bout de la Russie, à Vladivostok. Ensuite, il a bourlingué dans les coins les plus improbables et beaucoup écrit. Mort en 1961 à Paris, restent ses livres, des photos et… sa voix.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article