Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Vers un Jura réunifié?

Les sept districts du Jura historique: Delémont, Ajoie, Franches-Montagnes (Jura), Moutier, La Neuveville, Courtelary (Berne) et Laufon (Bâle). (Image: montsevelier.ch)

L'Assemblée interjurassienne (AIJ) a donné lundi le coup d'envoi à son étude sur la création d'un canton à six districts formé du Jura et du Jura bernois.

Il s'agit là d'une option parmi d'autres. L'AIJ a deux ans pour mener ses travaux destinés à résoudre le conflit jurassien.

La création d'une entité politique de plus de 120.000 habitants est l'une des trois pistes pour définir l'avenir institutionnel de la région. La fameuse 'Question jurassienne', qui fut particulièrement brûlante au cours de années 60 et 70, est de retour!

L'Assemblée interjurassienne (AIJ) étudiera aussi dans un an les effets du statut particulier du Jura bernois, ainsi que toute autre piste dont elle estime l'examen nécessaire.

Douze ans après sa création, l'AIJ entame donc le cœur du problème institutionnel de la 'Question jurassienne'. «Durant ces travaux de deux ans, l'AIJ veut conserver sa neutralité et son indépendance», souligne son président, le Valaisan Serge Sierro.

Ces pistes doivent être réalisées d'ici le mois d'août 2008. A cette date, le scénario qui répondra le mieux aux intérêts de la région jurassienne sera transmis aux cantons de Berne et du Jura. C'est en 2005 que les gouvernements bernois et jurassien, ainsi que la Confédération, ont confié ce mandat à l'AIJ.

Etat des lieux

Pour accomplir cet ambitieux défi, les 24 délégués ont adopté à l'unanimité, lors de leur séance plénière à Moutier (canton de Berne), un document qui définit un calendrier de travail et les thèmes à traiter par les commissions. La première étape consiste à faire d'ici février 2007 un état des lieux dans le canton du Jura et le Jura bernois.

A la suite de cet état des lieux, sorte de photographie générale de la situation, les délégués identifieront les synergies actuelles et futures dans la perspective d'un nouveau canton 'unifié'. Il s'agira par la suite de dresser une liste des avantages et inconvénients entre le maintien dans le canton de Berne et un nouveau canton.

«Les 24 membres de l'AIJ seront à même de concrétiser les trois volets de cette étude», a souligné Walter von Kaenel, président de la commission Institutions, ajoutant: «Le 31 août 2008 nous aurons rempli notre mission».

Divergences

Les travaux sur la création d'un canton porteront notamment sur les aspects économiques et financiers de cette nouvelle entité, sur sa députation aux Chambres fédérales et sur le siège des autorités.

Cette entité comprendrait les districts de Delémont, de Porrentruy et des Franches-Montagnes, qui constituent l'actuel canton du Jura, et ceux de Moutier, Courtelary et La Neuveville, qui dans les années 70, avaient choisi de rester bernois.

Dans le Jura, les partis politiques soutiennent la création d'un canton unifié. La population, en particulier la jeunesse, semble toutefois manifester un certain détachement. Dans le Jura bernois, les partis y sont opposés, à l'exception du Parti socialiste autonome (PSA) de Maxime Zuber.

Partage de souveraineté

Si l'AIJ estime que c'est la création d'une nouvelle entité qui répond le mieux aux intérêts de la région, l'exécutif jurassien va alors formuler une «offre de partage de souveraineté» à l'intention des habitants du Jura bernois. Une démarche inscrite dans la loi «Un seul Jura».

Ce partage de souveraineté entraînerait une modification de la constitution cantonale sur laquelle les citoyens jurassiens seraient appelés à se prononcer. Le cas échéant, tout ce processus devrait donc prendre des années avant d'éventuellement aboutir.

swissinfo et les agences

Chronologie succincte

1815: Lors du Congrès de Vienne, l'ancien Evêché de Bâle, devenu République rauracienne en 1792 puis département français en 1793, est attribué au canton de Berne.

1951: Fondation du «Rassemblement jurassien» (RJ).

1974: Par plébiscite, le Jura dit «oui» à la création d'un nouveau canton. Mais l'éclatement de la région est inévitable: en 1975, les districts de Moutier, La Neuveville et Courtelary décideront de rester dans le canton de Berne. Laufon, qui opte d'abord pour Berne, se rattachera par la suite à Bâle-Campagne.

1978: Le peuple suisse et tous les cantons reconnaissent la République et Canton du Jura comme 23e canton. Il est constitué par les districts de Delémont, de l'Ajoie et des Franches-Montagnes.

1994: Un accord est passé entre les cantons du Jura et de Berne, qui vise à régler politiquement la Question jurassienne. Au centre de cet accord, la création d'une «Assemblée interjurassienne» (AIJ).

Fin de l'infobox


Liens

×