Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Vers un oui confortable et un oui serré

Suisse-France près de Bâle: une douane qui n'existera bientôt plus.

(Keystone)

58% de oui au partenariat enregistré et 53% à Schengen/Dublin. Voici ce que laissent prévoir les projections à la sortie des urnes.

Les résultats viendraient alors confirmer ceux des sondages. Des deux objets soumis au vote ce dimanche, l’adhésion de la Suisse aux deux traités européens était de loin le plus contesté.

Selon les estimations de l’Institut gfs.bern pour le compte de SRG SSR idée suisse, les citoyennes et citoyens diraient oui à 58% au partenariat enregistré pour couples du même sexe. Pour Schenge/Dublin le oui devrait l’emporter à 53%. La participation frise les 60%.

D’autre part, si l’on considère les résultats déjà connus de 15 cantons et demi-cantons (sur 26), le partenariat l’emporte avec près de 58% et Schengen/Dublin est déjà nettement au-dessus de la barre avec 54,6% de oui. Et les résultats encore manquants des grands cantons urbains devraient faire monter ces pourcentages.

Sécurité et asile


La participation de la Suisse aux accords européens de Schengen et de Dublin fait partie du second paquet d’accords bilatéraux conclus entre la Suisse et l’Union européenne (UE).

Avec la participation à Schengen, le contrôle systématique des personnes aux frontières doit être aboli. En revanche, la sécurité sera améliorée grâce à une collaboration beaucoup plus étroite entre les services de justice et de police de la Suisse et ceux des Etats déjà membres de Schengen.

Avec l’entrée dans l'espace Schengen, la Suisse aura accès à deux bases de données importantes: le système d’information Schengen (SIS) et la banque de donnés sur les visas (VIS).

L’accord de Dublin évitera que des demandeurs d’asile refusés dans un pays de l’espace Dublin ne retentent leur chance dans un autre. Là aussi le système repose sur une centralisation des données. Ici, le fichier s'appelle EURODAC et il répertorie tous les demandeurs d’asile en Europe.

Le «oui» s'était pas mal érodé


Le premier sondage réalisé sur Schengen/Dublin donnait une confortable avance au camp du oui. Mais le dernier sondage en date réalisé pour le compte de SRG SSR idée suisse a vu cette avance fondre comme neige au soleil. La semaine dernière, les partisans ne représentaient plus que 55% contre 35% pour les opposants.

Le camp du oui s’est effrité suite au véritable lancement de la campagne en vue du vote. Les opposants ont en effet sorti la grosse artillerie pour faire passer leur message. Pour les adversaires, Schengen/Dublin ne représente rien d’autre qu’un nouveau pas vers une adhésion de la Suisse à l’UE.

swissinfo

Faits

Deux objets au programme de ce week-end de votations:
La participation de la Suisse aux accords européens de Schengen/Dublin
La nouvelle loi fédérale sur le partenariat enregistré entre personnes du même sexe

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

×