Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Vers un tassement conjoncturel en 2003

La reprise s´annonce plus faible que prévu cette année en Suisse, malgré une certaine amélioration du moral des consommateurs en janvier par rapport à l´automne dernier.

La croissance ne rebondira vigoureusement qu´en 2004, dans le meilleur des cas.

Art divinatoire pour certains ou véritable science, l'économie n'a de cesse de surprendre les observateurs. Même les plus avertis.

Ainsi le Secrétariat d'Etat à l'économie (seco) a revu ses prévisions de croissance économique, tant pour 2002 que pour 2003.

Le seco révise à la baisse pour 2003

Contrairement à ses prévisions antérieures, le seco estime qu'en 2002 la croissance du produit intérieur brut (PIB) helvétique atteindra 0,2% par rapport à 2001. Jusqu'à présent, il tablait sur une baisse de 0,2%.

Pour 2003 en revanche, le seco revoit ses attentes à la baisse. Le PIB suisse ne devrait atteindre que 0,8% alors qu'il était pronostiqué à 1% depuis l'automne.

Timide remontée du moral des consommateurs

Le seco précise encore que ces prévisions ne resteront valables qu'à conditions que la croissance économique de l'Union européenne (UE), principal partenaire économique du pays, s'élève à 1,4% et que le cours réel du franc ne s'apprécie pas plus fortement.

Pourtant, les statistiques publiées jeudi par l'Office fédéral de la statistique font état d'un redressement de la confiance des consommateurs helvétiques. Après deux mois de recul consécutifs, l'indice du climat de consommation s'est inscrit à -25 points en janvier, contre -39 points en octobre 2002.

Patience, reine des vertus



Ce sursaut ne préfigure pas pour autant l'arrivée prochaine d'une embellie conjoncturelle. Le niveau actuel de cet indicateur demeure toujours parmi ses plus bas de 1996.

Pour justifier ses corrections, le seco invoque «le manque de vigueur de l'économie mondiale», l'an passé. Et notamment dans les pays de l'Union européenne, qui reste le principal partenaire commercial de la Suisse.

La situation allemande inquiète

Le seco met plus particulièrement en avant les sombres perspectives économiques qui entourent l'Allemagne, moteur de la croissance européenne et pays qui absorbe la plus grande partie des exportations suisses.

De plus, les tendances de reprise aux Etats-Unis au premier semestre n'ont conduit à aucun essor. Au contraire, relève le seco, leur non-matérialisation a entraîné une rechute des marchés boursiers.

Hausse du chômage et conflit irakien

Enfin, dans un contexte de forte progression du chômage, les éléments susceptibles de redynamiser l'économie suisse sont bien rares pour ne pas dire inexistants.

Dans de telles circonstances, et sans compter le commencement d'une nouvelle guerre en Irak, la reprise tant souhaitée pour 2003 risque de se faire attendre jusqu'en 2004.

swissinfo et les agences


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.