Vieille garde et jeune loup au secours de l'équipe suisse

Le coach Enzo Trossero a dû faire preuve d'innovation pour remplacer les absents. Keystone Archive

Pour pallier la défection de Kubilay Türkylmaz à la pointe de l'attaque, le coach national Enzo Trossero a sélectionné le fringant Alex Frei. Et il a rappelé Ramon Vega, Massimo Lombardo et Johann Lonfat qui retrouvent une équipe qu'ils avaient quittée depuis plus de deux ans.

Ce contenu a été publié le 16 mars 2001 - 18:10

La bonne surprise pourrait ainsi venir du buteur en forme du moment en championnat. A 21 ans, le néo-servettien Alex Frei pourrait éclater sur la scène internationale. Après N'Kufo, Muff et Contini, Alex Frei est le quatrième néophyte appelé à la rescousse. Un coup de poker qui se doit d'être gagnant.

La quadrature du cercle devant laquelle se retrouve Enzo Trossero pourrait alors se révéler salvatrice. Le coach argentin de notre équipe nationale de football doit en effet se priver de plusieurs titulaires indiscutables lors des prochains matches des éliminatoires de la Coupe du monde à Belgrade, et face au Luxembourg à Zurich quelques jours plus tard.

Ciriaco Sforza, le controversé de l'équipe nationale, à la fois blessé et suspendu, n'évoluera pas face à la Yougoslavie. Kubilay Türkilmaz - souffrant du dos et blessé dans son amour propre après les insultes racistes dont il a été la cible - et Raphaël Wicky - écarté pour l'instant de l'équipe fanion de son club de l'Atletico Madrid - non plus!

«Le malheur des uns fait le bonheur des autres». Ces défections profitent ainsi à Massimo Lombardo, Sascha Müller et Ramon Vega. Les deux petits demis de Lausanne et St-Gall ainsi que le grand défenseur central du Celtic de Glasgow fêtent leur retour en équipe nationale.

Tout comme et Johann Lonfat, véritable maître orchestre à trois poumons du FC Servette. De retour à son poste de prédilection au milieu du terrain, le Valaisan de Genève donne à nouveau la pleine mesure de son talent.

Sa combativité et sa vision du jeu ne seront pas de trop pour des internationaux à croix blanche, plongés dans le doute après leurs dernières prestations.

Mathias Froidevaux

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article