Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Vins suisses: les Romands cessent de se bouder

Un esprit de clocher trop marqué nuit à une bonne promotion des vins suisses.

(Keystone)

Les guéguerres régionales autour du vin existent bien. Mais pour en finir, une expérience inédite débute jeudi dans le canton de Vaud. Durant trois jours, la ville d´Aigle organise un marché uni où seront présentés des vins vaudois et valaisans.

Déguster du vin vaudois en terre valaisanne, des spécialités neuchâteloises dans le canton de Genève ou encore un produit jurassien dans le canton de Fribourg, demeure encore un acte rare. Les habitudes sont bien ancrées, et les régions admettent parfois difficilement que le vin peut être bon ailleurs.

Les mentalités changent, à en croire cette première suisse dans le Chablais vaudois à Aigle. Dès jeudi, et durant trois jours, la ville organise un marché où seront présentés des vins vaudois et valaisans de la région. Chasselas, Riesling, Chardonnay, Pinot et Gamay des deux cantons se côtoieront pour être présentés au public.

«Il serait grand temps de s'unir face à une grande concurrence qui nous vient de l'étranger», explique Kurt Egli, directeur commercial d'une grande maison aiglonne, responsable de l'organisation de ce marché mixte. «Chaque terroir peut apporter de grands produits, et un esprit de clocher trop marqué nuit à une bonne promotion de nos vins, aussi bien en Suisse qu'à l'étranger», ajoute-t-il.

Les offices de promotion des cantons comprennent bien ce problème. L'année dernière ceux de Genève, du Valais, de Vaud, de Fribourg et de Neuchâtel se réunissaient dans la région lausannoise pour faire passer le message auprès des producteurs et des diffuseurs.

«La notion de terroir doit être mise en valeur pour différencier les produits, mais il faut absolument être uni pour mieux se vendre à l'étranger» souligne Robert Krühl, directeur de l'office de promotion des vins vaudois.

La qualité du vignoble helvétique, aussi confidentiel soit-il sur le plan mondial, n'est plus à prouver. Le terroir suisse fournit des vins très caractéristiques qui commencent seulement à être reconnus dans les grands pays vinicoles. Les offices de promotion semblent donc très conscients de l'enjeu.

Reste que si la volonté générique existe dans les offices de promotion, sur le terrain les affaires ne se déroulent pas de la même façon, explique Robert Krühl. Les habitudes doivent encore changer.

Pour lui, le gros problème reste à l'intérieur de la Suisse. Il faudra encore du temps, avant que tous les restaurants proposent des cartes de vin plus larges, ou que le consommateur indigène commande un verre d'un produit hors canton pour son propre plaisir.

Jean-Louis Thomas

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×