Visite en Albanie de Ruth Metzler: bilan positif

La ministre suisse de la Justice et de la Police, Ruth Metzler, a tiré un bilan positif de ses entretiens avec les autorités de Tirana. Malgré le fait qu’il a fallu différer la signature d’une convention sur le retour des réfugiés.

Ce contenu a été publié le 24 janvier 2000 - 16:53

Au terme d’une visite officielle de deux jours en Albanie, la ministre suisse de la Justice et de la Police, Ruth Metzler, a tiré un bilan positif de ses entretiens avec les autorités de Tirana. Malgré le fait qu’il a fallu différer la signature d’une convention sur le retour des réfugiés.

Cet accord concerne, à l’heure qu’il est, un peu plus de 500 personnes, soit à peu près la moitié des Albanais d’Albanie aujourd’hui en Suisse. Ces 500 personnes ne remplissent pas les conditions pour l’obtention du droit d’asile en Suisse. Mais leur rapatriement pose problème, du fait qu’ils n’ont pas de papiers d’identité. De ce fait, il n’est pas possible, en l’état, d’établir des documents de voyage. Ces gens, souvent, se prétendent Albanais du Kosovo. Et les autorités suisses doivent faire effectuer des tests linguistiques pour déterminer s’il s’agit d’Albanais du Kosovo ou de ressortissants d’Albanie. L’accord sur le retour des réfugiés devrait donc faciliter la réadmission forcée de ces personnes. Et le fait que sa signature ait dû être différée n’a pas de conséquence notable. Tirana s’est engagé à le signer dans un mois, lors d’une visite officielle en Suisse du ministre albanais de l’Intérieur.

La ministre suisse de la Justice et de la Police espère également obtenir la signature de Tirana pour un autre accord, qui vise à permettre le transit des personnes qui regagnent leur pays, qu’il s’agisse du Kosovo ou de la Macédoine ou encore d’autres pays de la région. Toute une gamme de pays sont ici concernés et il s’agit d’un projet d’accord multilatéral mettant en scène, à côté de la Suisse et de l’Albanie, des pays comme l’Autriche, l’Italie, l’Allemagne, la Hongrie ou la Macédoine.

Côté coopération, Mme Metzler a indiqué que la Suisse pourrait participer à la formation de policiers albanais et à la mise sur pied d’une justice indépendante en Albanie.

Pierre-André Tschanz

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article