Politique fédérale

Votation: Pour ou contre un congé paternité de deux semaines?

Les Suisses ont l’occasion d’instaurer enfin un congé paternité officiel. Ils votent le 27 septembre sur un projet élaboré par le Parlement mais combattu par référendum.

Ce contenu a été publié le 16 septembre 2020 - 17:24

Le contenu de la nouvelle loi: Le projet soumis au peuple prévoit d’introduire un congé paternité de deux semaines financé par les allocations perte de gain. Celui-ci doit être pris dans les six mois suivant la naissance de l’enfant. Le père touche 80% de son revenu moyen durant son congé, mais au maximum 196 francs par jour.

Les partisans: Les deux Chambres du Parlement ont majoritairement soutenu ce congé de deux semaines, même si la gauche souhaitait aller plus loin avec l’introduction d’un congé parental de 38 semaines. Une alliance réunissant des représentants de tous les partis politiques ainsi que les syndicats, les Églises, différentes organisations professionnelles et de nombreuses associations œuvrant en faveur des enfants, de la famille et de l’égalité font campagne pour le «oui».

Les opposants: Le gouvernement suisse n’est pas favorable à l’introduction d’un congé paternité. Il préférerait améliorer l’offre d’accueil extrafamiliale et parascolaire et mettre en place un congé de prise en charge pour les parents dont les enfants sont gravement malades. L’Union démocratique du centre (UDC, droite conservatrice) s’oppose à toute forme de congé paternité, mais elle n’est pas suivie par ses sections romandes et tessinoises. Le comité référendaire est aussi composé de certains Libéraux-Radicaux (PLR, droite libérale) et de quelques Démocrates-Chrétiens (PDC, centre).

La situation actuelle: La Suisse n’a pas encore introduit de congé paternité au niveau national, la plupart des pères n’ont droit qu’à un seul jour à la naissance de leur enfant. Ce projet d’instaurer deux semaines de congé paternité est la réponse du Parlement à une initiative populaire qui demandait quatre semaines. Celle-ci a été retirée, à condition que les deux semaines soient effectivement appliquées. Un référendum a été lancé pour permettre au peuple de se prononcer malgré tout sur ce projet.


Partager cet article