Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Votations fédérales: Alémaniques et Romands une nouvelle fois divisés

Comme souvent, Latins et Alémaniques ont exprimé leur différence de sensibilité.

(Keystone)

Non à la réduction des dépenses militaires, non aux deux initiatives sur l´AVS. Oui par contre à la loi sur le personnel de la Confédération. Des résultats nets, mais qui révèlent un fossé entre Suisse romande et Suisse alémanique.

C'est une véritable scission que met en évidence le résultat des deux initiatives qui visaient à assouplir et harmoniser l'âge de la retraite pour les hommes et les femmes, sans réduction de rente.

A l'échelle nationale, l'initiative pour un assouplissement de l'AVS, lancée par une partie des milieux syndicaux, est en effet rejetée par 60,6 pour cent des voix. Mais elle est acceptée par l'ensemble des cantons latins, à l'exception du Valais - le Jura allant même jusqu'à exprimer 64 pour cent de oui.

Même scénario à propos de l'initiative pour une retraite à la carte, lancée par les Verts. Rejet au plan national, bien que nettement moins fort, avec 53,9 pour cent de non. Mais là ce sont tous les cantons romands, ainsi que le Tessin, qui disent oui, dans des proportions allant de 51,6 pour cent, pour le Valais, à 70,6 pour cent, pour le Jura.

Un clivage dont Fribourg offre la parfaite illustration. En effet, les deux districts alémaniques du canton rejettent les deux initiatives sur l'AVS à plus de 60 pour cent, alors que les districts romands les acceptent toutes deux.

Fossé encore à propos de l'initiative socialiste sur la réforme de l'armée, qui demandait que le budget militaire soit réduit de moitié par rapport à son niveau de 1987, d'ici à dix ans. La proposition est clairement rejetée par 62,3 pour cent des Suisses. Et c'est uniquement en Suisse romande qu'elle passe la rampe: de justesse dans le canton de Vaud (50,8 pour cent de oui) et à Neuchâtel (54,4), plus nettement à Genève (60) et dans le Jura (62,7).

Quant à la nouvelle loi sur le personnel de la Confédération, qui prévoit l'abolition du statut de fonctionnaire, elle passe sans problèmes, avec 67 pour cent des voix. Seuls cantons à dire non: le Jura (53,2) et le Tessin (53). Mais l'ampleur des différents résultats est, là-encore, révélatrice d'un clivage.

Tous les cantons alémaniques frôlent ou dépassent les 70 pour cent de oui, à l'exception d'Uri et des Grisons, qui enregistrent toutefois des majorités solides (respectivement 63,9 et 65,8 pour cent). En Suisse romande, par contre, l'enthousiasme est absent. C'est un oui du bout des lèvres à Neuchâtel et en Valais (50,3 pour cent), un oui un peu plus net à Genève (54,3), dans le canton de Vaud (58) et à Fribourg (60).

Enfin, les citoyens et les citoyennes avaient encore à se prononcer sur une initiative populaire demandant que l'assurance maladie obligatoire ne couvre plus que les frais liés à une hospitalisation. Proposition balayée par 82 pour cent des Suisses, cette fois sans nuances régionales. Il n'y a guère qu'au Tessin que l'initiative dépasse les 30 pour cent. Un mot encore de la participation: elle n'atteint juste pas les 41 pour cent.

swissinfo

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×