Yeslam Binladin mis en cause aux Etats-Unis

Yeslam Binladin. Keystone Archive

Les parents des victimes du 11 septembre accusent Saudi Binladin Group d'avoir financé les terroristes islamistes.

Ce contenu a été publié le 08 septembre 2002 - 18:19

Ils impliquent Yeslam Binladin, citoyen suisse et demi-frère d'Oussama Ben Laden. Ce dernier n'a pas souhaité répondre.

Le 15 août dernier, le célèbre avocat Ron Motley déposait une plainte contre les financiers supposés de l'organisation Al-Qaida.

Les plaignants, qui sont de sept nationalités différentes, se sont regroupés dans le collectif «Familles du 11 septembre unies pour ruiner le terrorisme».

La plainte, qui visait notamment trois princes saoudiens, a été complétée début septembre. Parmi ses nouvelles cibles, Saudi Binladin Group, la société créée en Arabie Saoudite en 1931 par le père de Yeslam et d'Oussama.

Ron Motley affirme que ce grand groupe, actif notamment dans la construction, a continué à entretenir des liens avec le «terroriste» Oussama Ben Laden, malgré les multiples démentis.

La Mohamed Binladin Organization

Le collectif en veut pour preuve que l'une des entreprises d'Oussama Ben Laden au Soudan, Al Hijra for Construction and Development, était initialement une filiale de Saudi Binladin Group (SBG).

SBG a même participé directement à la construction de routes, comme celle reliant Khartoum, la capitale, à Port-Soudan, et de l'aéroport de Port-Soudan.

Une autre filiale de Saudi Binladin Group était active dans ce pays africain jusqu'en 1996, Mohamed Binladin Organization. Et parmi les dirigeants de cette société, on trouve quatre frères d'Oussama: Bakr, Tarek, Omar et Yeslam.

L'adresse d'un terroriste

Certes, rien de criminel. Toutefois, si cette information se révélait exacte, elle contredirait les déclarations de Yeslam Binladin depuis un an. Il assure en effet qu'il n'a plus de contacts avec son demi-frère depuis 1981.

La plainte contient un élément un peu plus ennuyeux. Mohammad Jamal Khalifa, membre du réseau Al-Qaida, arrêté en 1994 aux Etats-Unis, avait donné comme adresse celle de Mohamed Binladin Organization.

Contacté dès jeudi soir par swissinfo, Yeslam Binladin, 51ans, citoyen suisse et patron à Genève de la société Saudi Investment Company, n'a pas souhaité nous répondre.

L'auteur de «La vérité interdite»

L'un des collaborateurs de l'avocat américain Ron Motley est le Français Jean-Charles Brisard. Ce dernier est l'un des auteurs de «Ben Laden, la vérité interdite», ouvrage traduit en anglais, en allemand, en italien, et depuis cette semaine en japonais.

Ce livre reste interdit en Suisse à la demande de Yeslam Binladin. «La vérité interdite» laisse justement entendre que Yeslam entretiendrait toujours des liens avec l'auteur présumé des attentats du 11 septembre.

swissinfo/Ian Hamel

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article