Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La manufacture locloise Zenith a vécu une année 2016 difficile (archives).

KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS

(sda-ats)

Zenith s'est trouvé un nouveau patron. A compter du 1er mai, le Genevois Julien Tornare, actuellement directeur de Vacheron Constantin en Asie, reprendra la direction de la manufacture horlogère locloise, propriété du géant français du luxe LVMH.

"Je suis soulagé de savoir que je pourrai compter sur le soutien, l'appui et la compétence de Julien Tornare", a déclaré mardi à l'ats Jean-Claude Biver, patron du pôle horloger de LVMH, confirmant une information du journal Le Temps. "C'est donc une excellente nouvelle tant pour moi que pour Zenith", a-t-il ajouté.

Pour mémoire, Jean-Claude Biver assurait l'intérim à la tête de la manufacture fondée il y a 150 ans au Locle depuis le départ en début d'année d'Aldo Magada. Lors du salon Baselworld, M. Biver avait d'ailleurs indiqué vouloir rester "le moins longtemps possible" à la direction de Zenith.

"Diriger trois marques avec les mains dans la pâte est impossible et Tag Heuer me prend beaucoup de temps", avait alors expliqué le dirigeant. Zenith ne pâtit toutefois pas de cette situation, assurait-il.

Année 2016 difficile

Contrairement aux deux autres marques helvétiques du groupe de luxe français LVMH, Tag Heuer et Hublot, Zenith a souffert l'an dernier de sa forte dépendance envers le marché chinois, qui représentait jusqu'à récemment 40% à 60% des ventes. L'an dernier, la marque a enregistré une baisse de 20 à 30% de ses recettes sur ce marché.

Globalement, Zenith a écoulé un peu plus de 20'000 pièces l'an dernier. La manufacture compte notamment sur sa nouvelle collection et un nouveau mouvement, mais aussi sur ses campagnes marketing, pour redynamiser les ventes.

ATS