Aller directement au contenu
Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

«Panama papers»


Un contrat gênant pour Gianni Infantino


A peine élu, le nouveau président de la FIFA Gianni Infantino est déjà amené à se défendre. L’Italo-Suisse est mis en cause par les «Panama Papers» pour avoir signé des contrats avec une société offshore, selon le quotidien allemand «Süddeutsche Zeitung». 

Gianni Infantino se trouve au cœur du scandale planétaire d’évasion fiscale, mis au jour cette semaine par le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ). Il a signé en 2006 et 2007 des contrats portant notamment sur les droits télévisés pour trois saisons de Ligue de champions avec des hommes d'affaires aujourd'hui poursuivis par la justice américaine dans le scandale de corruption qui secoue la FIFA. C’est ce qu’affirme le quotidien de Munich «Süddeutsche Zeitung», qui a obtenu les «Panama Papers».

La société Cross Trading, basée à Niue, une île du sud-Pacifique, a ainsi acquis en 2006 les droits télévisés pour les saisons de 2006 à 2009 auprès de l'UEFA pour 111’000 dollars, explique le journal. En 2007, elle a également décroché les droits de la Coupe de l'UEFA et de la Supercoupe d'Europe.

Or les propriétaires de cette société sont les Argentins Hugo et Mariano Jinkis, inculpés aux Etats-Unis pour avoir versé des pots-de-vin en échange de droits de diffusion des compétitions de la FIFA en Amérique du Sud.

Cross Trading a ensuite revendu ces droits sur la Ligue des champions pour plus de 311’000 diollars. Le journal allemand s'interroge ainsi sur les raisons qui ont poussé l'UEFA à vendre des droits pour des prix largement inférieurs à ceux du marché.

L’actuel président italo-suisse de la FIFA était alors directeur des affaires juridiques de l'UEFA, un poste qu'il a occupé avant de devenir secrétaire général de l'organisation. Contactée par la «Süddeutsche Zeitung», l'UEFA a indiqué: «Nous ne savions pas qui étaient à l'époque les véritables propriétaires de Cross Trading».

Infantino défend son «intégrité»

Dans un communiqué, l’Italo-Suisse s'est pour sa part dit «consterné». «Je n'accepterai pas que l'on doute de mon intégrité, poursuit-il. J'ai immédiatement demandé à l'UEFA d'apporter une clarification. (...) Je n'ai jamais traité personnellement avec Cross Trading ou ses propriétaires, les tractations ayant été menées par le Team Marketing de l'UEFA. Je précise que ni l'UEFA ni moi avons été contactés par aucune autorité au sujet de ces contrats. De plus, je signale, comme les médias le relèvent, qu'il n'y a aucun élément laissant penser à des fautes commises par l'UEFA ou moi dans ce dossier.»

Les autorités suisses n'ont pas tardé à réagir à ces révélations. La Police fédérale a perquisitionné mercredi le siège de l'UEFA à Nyon pour obtenir les contrats concernant l'attribution des droits TV à la société Cross Trading. Dans un communiqué transmis à l'AFP, l'UEFA indique «avoir reçu aujourd'hui la visite de la Police fédérale suisse agissant en vertu d'un mandat et demandant à voir les contrats entre l'UEFA et Cross Trading/Teleamazonas. Naturellement, l'UEFA a fourni à la Police fédérale tous les documents en sa possession et va coopérer pleinement».

Retour sur les principales révélations liées aux scandales qui ont récemment secoués la FIFA:

2 décembre 2010 La Coupe du Monde de football est attribuée à la Russie pour 2018 et au Qatar pour 2022. Les soupçons de corruption s’intensifient.

17 décembre 2014 L’ancien procureur fédéral américain Michael Garcia, qui enquêtait sur l’attribution des Mondiaux 2018 à la Russie et 2022 au Qatar, démissionne du comité d’éthique de la FIFA, dénonçant des manques de transparence et d’envie de faire la lumière.

27 mai 2015 Sept hauts fonctionnaires de la FIFA sont interpellés par la police à l’hôtel Baur au Lac de Zurich, où ils se trouvaient pour assister au Congrès mondial de l’organisation. Ils sont accusés de corruption.

2 juin 2015 Quelques jours après avoir été réélu pour la cinquième fois, Sepp Blatter annonce sa démission de la présidence de la FIFA.

21 décembre 2015 La commission d'éthique de la FIFA suspend pour huit ans le président de la Fédération internationale Sepp Blatter et celui de l'UEFA Michel Platini. En cause: le versement contesté de 2 millions de francs en 2011 par Sepp Blatter à Michel Platini.

26 février 2016 Le secrétaire général de l’UEFA Gianni Infantino est élu à la présidence de la Fifa. Il promet de redorer le blason de l’organisation. Le Valaisan devient le 3e président suisse de la FIFA, après Sepp Blatter (1998-2015) et Ernst Thommen (président ad intérim pendant 6 mois en 1961).

4 avril 2016 Les «Panama Papers» forcent Gianni Infantino à défendre sa réputation. Les documents révèlent qu’il a signé des contrats avec une société offshore pour des droits télévisés.

 

 

 

swissinfo.ch avec les agences

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

×