Aller directement au contenu
Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Comment la Suisse voit la succession de Kofi Annan

Le Secrétaire général des Nations Unies termine son mandat à la fin de l'année. Selon la Suisse, l'Assemblée générale devrait auditionner les candidats à sa succession.

Jusqu'à maintenant, le patron de l'ONU était choisi par le Conseil de sécurité, selon une procédure peu transparente.

Le gouvernement suisse souhaite que les candidats au poste de Secrétaire général de l'ONU soient auditionnés à l'avenir devant l'Assemblée générale. Le numéro deux de l'ambassade de Suisse à l'ONU a évoqué mercredi cette nécessité, alors que l'organisation des Nations Unies est engagée dans un vaste processus de réformes.

En fonction depuis 1997, Kofi Annan doit être remplacé à la fin de cette année. Des noms de candidats pour son poste circulent. Mais jusqu'à présent, ils ne doivent pas être soumis à un examen public.

Le processus de sélection pour le titulaire de la fonction la plus élevée de l'ONU est opaque. Lors des précédents choix, les cinq membres permanents du Conseil de sécurité s'unissaient autour d'un candidat, confirmé ensuite par l'Assemblée générale. Le reste des membres de l'ONU ignorait leurs critères de décision.

Propositions canadiennes

La Suisse, qui participe pour la première fois depuis son adhésion à l'élection d'un secrétaire général de l'ONU, demande désormais une plateforme à partir de laquelle un candidat pourra se présenter à tous les membres et expliquer sa vision.

Ce processus est nécessaire à une époque où l'ONU se réforme et ses tâches changent en permanence, selon l'adjoint de l'ambassadeur de Suisse auprès de l'ONU, Andreas Baum.

Le Canada a formulé des propositions sur la manière d'améliorer le processus de sélection. Une vision que la Suisse approuve largement, selon Andreas Baum.

Tâches opérationnelles

Le document canadien prévoit une orientation du choix du Secrétaire général de l'ONU comme ceux du Secrétaire général de l'Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) et du Directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Selon ce projet, l'Assemblée générale continuera à soutenir les recommandations du Conseil de sécurité. Mais elle ne se contentera pas de les ratifier. Le Canada et la Suisse estiment que tous les membres doivent participer au processus de décision et le futur secrétaire général doit obtenir de cette manière un large soutien.

Le numéro un de l'ONU assume en effet un nombre croissant de tâches opérationnelles. Il a ainsi besoin, à côté d'un très bon talent de communicateur et d'un sens diplomatique, des qualités d'un dirigeant éthiquement correct, qui travaille avec une capacité de leader et dans la transparence, comme le rappelle Andreas Baum.

Selon le diplomate, la Suisse est également favorable à l'arrivée d'une femme à la tête de l'ONU. Ce qui constituerait une première.

swissinfo et les agences

En bref

Membre de l'ONU depuis 2002, la Suisse a fait de la réforme du système des Nations unies l'une de ses priorités. Elle prône en particulier un élargissement du Conseil de sécurité.

La Suisse est également active dans le renforcement de la sécurité humaine. Elle a joué un rôle clé dans la récente création du Conseil des droits de l'homme.

La Suisse s'est également engagée en faveur du développement durable et la mise en œuvre des objectifs du Millénaire sensés réduire le nombre de pauvres de moitié d'ici à 2015.

Faits

Les anciens secrétaires généraux:
1946-1952 Trygve Lie (Norvège)
1953-1961 Dag Hammarskjöld (Suède)
1961-1971 U Thant (Birmanie)
1972-1981 Kurt Waldheim (Autriche)
1982-1991 Javier Perez de Cuellar (Pérou)
1992-1996 Boutros Boutros-Ghali (Egypte)
1997-2006 Kofi Annan (Ghana)



Liens

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

×