Aller directement au contenu
Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Davide Wüthrich (27 ans), Italie


«L’Italie devrait s’inspirer de la démocratie directe suisse»


Par swissinfo.ch


 Autres langues: 5  Langues: 5

Les conditions pour organiser des votations sont trop souples: tout en appréciant la démocratie directe helvétique, Davide Wüthrich met en garde contre les risques d’une banalisation des droits populaires. Le doctorant en ingénierie de 27 ans est une des nouvelles voix de la Cinquième suisse, qui ont créé le Parlement des jeunes Suisses de l’étranger. Dans une série d’interviews, swissinfo.ch donne la parole à 11 membres du comité.

David Wütrich, 27 ans, est doctorant en ingénierie.  (zvg)

David Wütrich, 27 ans, est doctorant en ingénierie. 

(zvg)

swissinfo.ch : Quels objectifs voudriez-vous atteindre comme membre du Parlement des jeunes Suisses de l’étranger (PJSE), en Suisse et dans le pays où vous résidez ?

David Wüthrich: Il me plairait de voir fleurir et s’affirmer une nouvelle plateforme de contact entre les jeunes Suisses à l’étranger, développée par les jeunes pour les jeunes, basée sur les réseaux sociaux et sur les outils de notre génération, comme Facebook, Instagram et Twitter. Au sein de cette communauté, j’aimerais participer à des discussions, des témoignages d’expériences de vie et des débats sur des thèmes d’actualité. J’aimerais que cette communauté devienne un lieu où exprimer des opinions et faire entendre la voix des jeunes et leurs besoins, souvent oubliés et peu considérés par les organes institutionnels. 

Ce serait beau de pouvoir organiser des événements pour nous connaître, passer du temps ensemble, instaurer des liens d’amitié durables et, qui sait, se retrouver des années plus tard pour boire une bière ensemble à l’autre bout du monde. Il est important pour nous jeunes de pouvoir nous reconnaître comme partie intégrante de cette nouvelle communauté afin que chacun de nous puisse contribuer à son développement, selon ses possibilités. Nous sommes nombreux et éparpillés dans le monde entier, nous vivons des vies différentes, mais nous sommes tous suisses, même si très souvent, nous oublions nos origines parce que les us et coutumes du pays dans lequel nous vivons nous font suffoquer.

swissinfo.ch : Quelle est la situation de la démocratie directe dans le pays où vous vivez ? Y-a-t-il des outils que vous appréciez particulièrement ? Et d’autres qui font défaut ?

D.W.: Le fait d’avoir vécu à la fois en Suisse et en Italie m’a permis d’acquérir une bonne connaissance des deux systèmes politiques, et bien que géographiquement voisines, la Suisse et l’Italie représentent deux situations diamétralement opposées en ce qui concerne la démocratie directe. Lorsque j’ai eu 18 ans, j’ai commencé à exercer mon droit de vote dans les deux pays. Je me suis tout de suite rendu compte qu’en Suisse, on vote beaucoup, parfois même trop, mais j’ai eu l’impression que mon opinion compte davantage. En Italie, on élit le parlement tous les 5 ans ; entre deux votations, le peuple est rarement invité à exprimer son opinion, et encore moins à participer à la vie législative du pays. En Suisse, les référendums se tiennent à une fréquence de quatre fois l’an, et la population est constamment impliquée dans le travail du parlement, qui doit se soumettre à un jugement populaire continu. Personnellement, je trouve que la démocratie directe suisse est une chose magnifique, dont l’Italie devrait s’inspirer. Mais la facilité avec laquelle on peut lancer des référendums et des initiatives populaires peut aussi entraîner des votations sur des thèmes futiles, qui détournent l’attention de l’opinion publique de problématiques bien plus importantes.

Une plateforme pour les jeunes Suisses de l’étranger

Le Parlement des jeunes Suisses de l’étranger (PJSE) n’existe que depuis quelques mois. Le siège des travaux parlementaires est internet: les débats et les échanges entre les quelque 350 membres, disséminés sur tous les continents, se passent au travers des réseaux sociaux et de skype. 

swissinfo.ch a interviewé 11 jeunes Suisses de l’étranger qui sont membres du comité du PJSE, pour prendre en particulier la température sur la démocratie directe dans leurs pays respectifs de résidence et en Suisse. 

swissinfo.ch : Dans la majeure partie des pays, la participation des jeunes aux votations et aux élections est inférieure à celle des autres catégories d’âge. La démocratie directe ne serait-elle pas justement le moyen idéal pour les jeunes de développer une politique qui corresponde à leurs besoins et à leurs idées ?

D.W.: Je suis pleinement d’accord sur le fait que nous, les jeunes, nous devrions davantage utiliser cet outil pour promouvoir des initiatives et faire entendre notre voix. Toutefois, le désintérêt des jeunes pour la vie politique est une réalité dans de nombreux pays du monde, pas seulement en Suisse. Selon moi, ne pas voter ne signifie pas ne pas avoir d’opinion, mais ne pas accorder assez d’importance à la problématique en question. 

Très souvent, nous les jeunes nous avons tendance à nous éloigner de la vie politique parce que nous ne nous reconnaissons pas dans les institutions existantes. La démocratie directe représente un outil très puissant pour tous les citoyens, indépendamment de l’âge. Mais souvent, nous les jeunes nous nous heurtons à un problème supplémentaire : celui de ne pas nous faire prendre au sérieux par les adultes et les institutions.

Très souvent aussi, les groupements de jeunes ont à disposition des budgets très bas qui limitent les projets et les activités, ce qui les fait se sentir impuissants et sans influence. Une implication majeure des jeunes dans les processus décisionnels pourrait sans aucun doute réveiller notre intérêt et entraîner une participation plus active ; le PJSE va sûrement dans cette direction.

swissinfo.ch : Depuis les attentats de Paris, la terreur de l’Etat islamique auto-proclamé est au centre des préoccupations de l’Europe. La lutte contre l’extrémisme islamique, qui signifie aussi une limitation des libertés individuelles, représente-t-elle un danger pour la démocratie ?

D.W.: Un contrôle accru de la part de l’Etat pour combattre l’extrémisme islamique, comme celui auquel nous assistons aujourd’hui en France et aux Etats-Unis, implique sans aucun doute une limitation des libertés individuelles. Mais cela ne signifie pas que la population ne peut plus exprimer sa propre opinion au travers de la démocratie directe. Selon moi, il est important de mettre l’accent sur le fait que nous vivons à l’intérieur d’un monde avec des relations internationales très complexes, et parfois faire participer la population à des décisions dont elle n’a pas une vision complète pourrait se révéler contreproductif et dangereux. Par ailleurs, un contrôle plus sévère surtout d’internet et des réseaux sociaux nuit seulement aux personnes ayant quelque chose à cacher. Celles qui en revanche continuent à agir dans la légalité n’ont rien à craindre.


(Traduction de l'Italien: Barbara Knopf)

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

×