Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Crise migratoire


«Coup de chapeau aux Grecs»


Par Gaby Ochsenbein, de retour d'Athènes


 Autres langues: 2  Langues: 2
Hans-Rudolf Hodel, qui a auparavant notamment représenté la Suisse en Afrique, dans son ambassade à Athènes.  (swissinfo.ch)

Hans-Rudolf Hodel, qui a auparavant notamment représenté la Suisse en Afrique, dans son ambassade à Athènes. 

(swissinfo.ch)

Hospitalière, la population grecque se montre également bienveillante à l’égard des réfugiés, relève l’ambassadeur de Suisse à Athènes. La Suisse examine actuellement comment accroître son soutien à la Grèce dans cette crise.

Le nouvel ambassadeur de Suisse en Grèce Hans-Rudolf Hodel n’est en poste à Athènes que depuis fin 2015 et n’a donc pas pu se rendre compte de lui-même des conditions dans lesquelles vivait la population avant la crise. «Les nombreuses discussions que j’ai eues me donnent l’impression que la situation économique est difficile pour la grande majorité des Grecs.»

swissinfo.ch: La Grèce n’est pas seulement fortement endettée, elle a aussi un problème dû aux centaines de milliers de réfugiés qui ont débarqué sur les îles de la mer Egée dans l’espoir de gagner le nord de l’Europe. La route des Balkans étant maintenant fermée, de nombreux réfugiés et migrants sont bloqués dans le pays. Quelle aide apporte la Suisse à la Grèce dans cette situation de crise?

Hans-Rudolf Hodel: Le Conseil fédéral a décidé que, par solidarité, la Suisse participerait au programme de répartition de l’Union européenne. Elle est prête à accueillir 1500 requérants au total, 900 venant d’Italie et 600 de Grèce. En outre, nous examinons avec les autorités grecques quelle aide peut apporter la Direction du développement et de la coopération (DDC) et dans quels domaines les besoins sont les plus importants.

L’aide humanitaire devrait concerner en priorité les secteurs de l’eau et des infrastructures sanitaires. Depuis septembre 2015, l’aide humanitaire suisse met à disposition du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) deux à trois experts dans les domaines de l’eau et de l’hébergement. Ils collaborent étroitement avec les autorités grecques pour améliorer la situation dans les camps.

Suisse-Grèce

Quelque 3000 Suisses de l’étranger sont installés en Grèce et une bonne part d’entre eux possèdent la double nationalité. En outre, 400’000 Suisses et Suissesses passent chaque année leurs vacances dans le pays. Les contacts avec les écoles et les universités sont également importants.

Les échanges de marchandises entre les deux pays sont faibles: l’an dernier, les exportations suisses vers la Grèce, des produits pharmaceutiques pour l’essentiel, n’ont pas dépassé le milliard de francs. Une cinquantaine d’entreprises suisses sont représentées sur place. La Grèce exporte, elle, principalement des produits agricoles et textiles à destination de la Suisse pour un montant d’environ 300 millions de francs. La Suisse est en revanche un des principaux pays investisseurs.

En tant qu’Etat membre de l’espace de Schengen, la Suisse participe aux activités de l’agence européenne Frontex chargée de surveiller les frontières extérieures de l’UE. Elle fournit des gardes-frontière qui se retrouvent en différents points névralgiques, donc aussi en Grèce. En raison de la crise migratoire, le Corps suisse des gardes-frontière met cinq personnes supplémentaires à disposition pour les engagements en Grèce.

Nous avons déjà enregistré un succès remarquable avec un petit livret, une sorte de lexique recensant en différentes langues les principales expressions du secteur de la santé, notamment en grec, en français, en arabe et en farsi. On nous a demandé d’en faire un nouveau tirage de manière à ce que ce fascicule soit disponible dans tous les hôpitaux, dans les ambulances ainsi que dans les centres de réfugiés. Nous avons aussi rédigé une brochure sur la scolarisation des enfants destinée aux migrants qui restent plus longtemps.

Les organisations non gouvernementales suisses (ONG) sont aussi actives ici. Et comme toujours, la Suisse est indirectement présente par le biais des organisations internationales dont elle est souvent l’un des plus grands supports financiers.

swissinfo.ch: Quelle contribution apporte la Suisse dans la question des fonds grecs cachés dans des banques suisses? Une solution est-elle en vue?

H.-R.H.: Une nouvelle convention de double imposition entre la Suisse et la Grèce est entrée en vigueur en 2012. Conformément aux normes de l’OCDE, elle permet l’échange de renseignements sur demande. Nous avons en outre signé le 27 mai 2015 un accord avec l’Union européenne sur l’échange automatique de renseignements (EAR) en matière fiscale qui doit entrer en vigueur en 2017. Il est évidemment valable pour l’ensemble de l’UE, donc aussi pour la Grèce. 

Il serait également souhaitable que la Grèce adopte un programme d’auto-dénonciation (volontary disclosure programme) permettant de déclarer au fisc de manière volontaire des fonds cachés. Le Parlement grec ne l’a pas encore fait. Il pourrait aider si nécessaire les clients grecs de nos banques à légaliser leur situation.

swissinfo.ch: Apparemment, des inspecteurs du fisc allemand aident la Grèce dans sa recherche de fonds cachés en Suisse - aussi en s’appuyant sur des données provenant de CD volés. Qu’est-ce que cela signifie pour la Suisse?

H.-R.H.: Au cours du 2e semestre 2015, le Conseil fédéral a lancé une consultation sur une modification de la loi sur l’assistance administrative fiscale. Elle doit permettre d’assouplir la pratique de la Suisse en ce qui concerne les données volées. A l’avenir, il sera possible d’entrer en matière sur des demandes émanant d’un Etat étranger qui a reçu ces données dans le cadre d’une procédure d’assistance ordinaire ou qui les tient de sources accessibles au public. En revanche, l’assistance administrative restera exclue lorsqu’un Etat s’est procuré des données volées en dehors d’une procédure d’assistance administrative.

Le projet définitif devrait être soumis cet été au Conseil fédéral. Toutefois, après l’entrée en vigueur de l’accord sur l’échange automatique de renseignements, l’intérêt des Etats partenaires de la Suisse pour des données volées devrait diminuer. Ils pourront en effet disposer automatiquement d’informations concernant les comptes bancaires.

swissinfo.ch: Quel est le volume des avoirs grecs cachés en Suisse?

H.-R.H.: Il n’existe pas de statistique officielle sur les avoirs non déclarés déposés en Suisse. Les seuls chiffres dont nous disposons sont ceux de la Banque nationale qui ne comprennent pas les placements tels que les actions, mais seulement les fonds en dépôt. Nous ignorons également quelle proportion est déclarée au fisc. Le montant des avoirs soustraits à l’impôt devrait cependant être nettement inférieur aux chiffres qui circulent dans certains médias grecs. Un programme d’auto-dénonciation, autrement dit une amnistie fiscale, et l’EAR peuvent certainement ouvrir la voie vers une solution.

 


(Traduction de l'allemand: Olivier Hüther)

×