Aller directement au contenu
Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

La Suisse et les avoirs de dictateurs


Accord conclu sur la restitution des fonds Abacha




 Autres langues: 5  Langues: 5

La Suisse et le Nigéria ont signé un accord qui va permettre la restitution de 321 millions de francs, détournés par la famille de l’ex-dictateur du Nigéria Sani Abacha. Une nouvelle loi helvétique règlera la remise de fonds illicites à partir de juillet, mais va-t-elle fonctionner?

Le ministre suisse des affaires étrangères Didier Burkhalter a signé mardi à Abuja une lettre d’intention pour restituer les fonds spoliés gelés par la Suisse. «L’accord marque une étape importante vers le retour des fonds, qui sera supervisé par la Banque mondiale», a déclaré le conseiller fédéral. 

Le Nigéria cherchait depuis longtemps à récupérer l’argent détourné alors que Sani Abacha était au pouvoir de 1994 à 1998. Au total, le clan Abacha aurait mis la main sur environ cinq milliards de dollars du trésor nigérian. Une grande partie de cette somme a été dissimulée à l’étranger, notamment en Suisse.

Les fonds gelés par Berne seront remis aux autorités nigérianes, à la suite de l’abandon en 2015 des procédures pénales contre Abba Abacha, le fils de l’ancien dictateur. Un accord en ce sens avait été conclu entre le Nigéria et la famille Abacha en juillet 2014.

En décembre 2015, la Suisse a approuvé la loi sur les valeurs patrimoniales d’origine illicite (LVR). Le texte a pour but d’accélérer la restitution de fonds illicites et devrait avoir un effet dissuasif sur tous les dictateurs qui considèrent encore la Suisse comme un refuge accueillant pour placer l’argent spolié à leur peuple.

Durant les 25 dernières années, la Suisse a restitué 1,8 milliard de fonds volés.

Chronologie: L'argent des dictateurs dans les coffres suisses



Katy Romy, swissinfo.ch

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

×