Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

30 ans après


Tchernobyl, zone toujours sinistrée


Par Lioudmila Clot, Tchernobyl


 Autres langues: 4  Langues: 4
Intégrer

La Confédération participe au Fonds pour la protection de Tchernobyl de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement et aide les habitants des régions affectées. swissinfo.ch a visité la zone d’exclusion autour de la centrale. (Lioudmila Clot, swissinfo.ch)

Une immense arche de confinement argentée de plus de 100 mètres de haut est le nouveau symbole de Tchernobyl. Cette structure métallique qui recouvre le réacteur n°4 de la centrale et son sarcophage endommagé, a coûté plus de deux milliards d’euros, financés par plus de 40 pays.

La Suisse a déjà contribué pour 12 millions de demi d’euros au Compte de sécurité nucléaire et a décidé de continuer à soutenir le Fonds pour la protection de Tchernobyl. Elle maintiendra ainsi sa contribution de 1,15% de l’effort global fourni par la communauté des donateurs. La contribution totale de la Suisse (27 millions d’euros) est élevée, si on la compare à celle d’autres pays sur la base du montant par habitant.

Comment les autorités ukrainiennes voient-elles l’avenir de Tchernobyl? A la tête du ministère de l’Ecologie et des Ressources Naturelles d’Ukraine, Hanna Vronska, nous a expliqué qu’il était prévu d’y créer une réserve naturelle.

En attendant, la vie reste difficile pour les habitants du site. Avec Green Cross Ukraine, nous avons visité la ville de Slavutych et des zones rurales touchées par l’accident. «Sans le soutien de la Suisse ni le programme de médecine sociale SOCMED, nous ne pourrions pas mettre en œuvre des projets d’assistance pour les enfants et pour les familles», explique Youri Sapiga, directeur exécutif. Cette année, des enfants d’un orphelinat viennent en Suisse pour les vacances d’été. Nous avons aussi entendu cette touchante histoire d’une employée de Green Cross à Zurich qui a personnellement acheté une machine à laver pour une femme ukrainienne dans le besoin.