Yodel, pop, jazz, rock, classique, rap... Plusieurs portails web offrent un accès aux différentes facettes des musiques «made in Switzerland».

Folklore et musique populaire

Penser musique en rapport avec la Suisse, c’est souvent penser en premier lieu au yodel, encore que cette technique vocale ne soit nullement une exclusivité suisse. Dans l’espace alpin, le yodel servait avant tout de moyen de communication aux bergers isolés dans les vallées.

Mais la musique populaire suisse n’est pas faite que de yodel. Elle se distingue par des instruments de musique particuliers : l’accordéon schwytzois, la clarinette, la contrebasse et, bien sûr, le cor des Alpes, joués aussi bien en groupe qu’en solo.

D’autres informations sur les traditions et les formes contemporaines du répertoire du cor des Alpes et du yodel en Suisse dans un dossier multimédia de swissinfo.

Des informations sur le cor des Alpes sur le site de l’Académie suisse du cor des Alpes.

Et si vous souhaitez vous y essayer un jour vous-même, vous trouverez des renseignements utiles sur le site de l’Atelier suisse de cor des Alpes.

L’Association fédérale des yodleurs est l’organisation faîtière des associations de yodleurs, joueurs de cor des Alpes et lanceurs de drapeau. On y trouve aussi des groupes de Suisses de l’étranger, aux Etats-Unis, en Australie, au Canada, en Nouvelle-Zélande et en Afrique du Sud. Tous les trois ans, l’association faîtière des yodleurs met sur pied une fête fédérale du yodel, la prochaine en juin 2011. Il s’agit d’une immense manifestation qui attire des centaines de milliers de visiteurs.

Il existe aussi en Suisse une importante et très vivace scène de musique amateur. Les Suisses adorent manifestement la musique chorale: presque chaque village possède au moins un chœur ou une fanfare.

Musique classique

Bien que la Suisse joue en musique classique un rôle plutôt modeste, elle a tout de même produit quelques compositeurs internationalement connus au 20e siècle, à l’instar d’Arthur Honegger, dont le portrait orne l’actuel billet de 20 francs, de Frank Martin et d’Othmar Schoek.

Sous la baguette de son fondateur Ernest Ansermet, l’Orchestre de la Suisse romande a apporté une contribution décisive à la diffusion de la culture musicale moderne en Suisse.

Presque toutes les plus grandes villes de Suisse (Genève, Lausanne, Zurich, Bienne, Bâle, Lucerne, Lugano, Saint-Gall et Winterthour) possèdent de nos jours un orchestre classique de haute tenue. Charles Dutoit et Mathias Bamert poursuivent quant à eux la tradition des chefs d’orchestre à la réputation internationale.

La Suisse compte plusieurs festivals internationaux de musique classique: le Festival de Lucerne, le Festival Menuhin de Gstaad, le Festival de Verbier ou encore le Snow and Symphony de la station de St Moritz.

Informations et biographies des compositeurs, des interprètes et des orchestres sur le site musinfo.ch, la banque de données de la musique suisse. La Dictionnaire historique de la Suisse fournit aussi une vue d’ensemble.

Le site Classicpoint.ch propose entre autres un calendrier des manifestations et des recommandations.

Jazz

Le jazz est devenu populaire en Suisse après les années 1930. Le pays aligne toute une série de musiciens internationalement appréciés, comme George Gruntz (né en 1932), Irène Schweizer (née en 1941), Thierry Lang (né en 1956), Heiri Känzig (né en 1957) et Erika Stucki (née en 1962), pour n’en mentionner que quelques-uns.

Les festivals de jazz de Lugano, Cully, Willisau et surtout Montreux font partie des manifestations les plus connues à l’international dans leur genre.

Il existe des écoles de jazz reconnues à Lausanne, à Berne et Lucerne.

Festivals et manifestations open air

En Suisse, les mois d’été se caractérisent par une vaste offre de manifestations en plein air et de festivals pour toutes les musiques.

Dans le domaine de la musique classique, un des festivals les plus connus internationalement est le Lucerne Festival, les semaines musicales qui se déroulent à Lucerne à Pâques et en été; le Menuhin Festival Gstaad, ; le Snow and Symphony Festival de Saint-Moritz.

Le Montreux Jazz Festival attire depuis plus de quarante ans des visiteurs du monde entier sur les rives du Léman.

Il existe en outre d’un bout à l’autre de la Suisse d’innombrables festivals de jazz, rock, pop, blues, musique latino et country. Parmi les festivals plus connus, organisés depuis des décennies, on trouve le Willisau Jazz Festival , JazzAscona, Rock Oz’Arènes à Avenches, pour n’en citer que quelques-uns.

Les grands festivals rock et pop en plein air de l’été donnent à des stars internationales ou à des groupes suisses comme Patent Ochsner ou Züri West l’occasion de se produire devant d’immenses publics qui déferlent avec armes et bagages, soit tente et sac de couchage, et ne reculent pas devant la pluie et la boue pour satisfaire leur passion. Ainsi en va-t-il de Paléo à Nyon, de l’Open Air de Frauenfeld, et du Festival du Gurten à Berne.

Les différents festivals de l’été attirent des groupes internationaux de premier plan ainsi que des artistes suisses très connus comme Stephan Eicher, Sophie Hunger ou encore Bastian Baker. Avant eux d’autres groupes et musiciens ont déjà réussi à se tailler une solide réputation internationale: DJBoBo, Gotthard, Yello, Krokus ou les Young Gods. 

Musique et langue

De nos jours, les textes des chansons des groupes pop et rock sont le plus souvent en anglais, faute de quoi il est difficile de s’imposer sur les scènes internationales. Reste que certains parmi les groupes les plus populaires du pays s’expriment dans la langue de leur région, parfois même en dialecte.

En Suisse alémanique, cette musique est connue sous le nom de « Mundart-Rock », soit rock idiomatique. Les précurseurs de ce genre furent dans les années 1960 les Troubadours, de Berne, qui interprétaient leurs propres textes en dialecte et s’accompagnaient le plus souvent à la guitare. Le plus connu de ces poètes musiciens était Mani Matter, qui écrivait des textes à la fois drôles et profonds en dialecte bernois. Ses chansons sont encore en vogue aujourd’hui et ses enregistrements se vendent toujours bien.

swissinfo.ch