Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Passeport suisse


Hausse des naturalisations après un long déclin


Le nombre de candidats à l’obtention du passeport suisse a connu une baisse constante entre 2006 et 2014. Cette tendance s'est cependant brusquement inversée l’an dernier.

Le nombre de naturalisations a décliné de 38% en Suisse depuis 2006, selon une information du journal dominical alémanique SonntagsBlick, qui reprend les chiffres de l’Office fédéral de la statistique. Néanmoins, ce phénomène concerne uniquement ceux qui passent par une procédure conventionnelle. Il ne touche pas la naturalisation facilitée (à laquelle peuvent prétendre les personnes mariées à des ressortissants suisses) ou l’adoption d’enfants. 

L’année 2015 a connu un changement de tendance avec 31'166 naturalisations ordinaires, une augmentation d’un peu plus de 30% par rapport à 2014.

Les cantons suisses ont durci leurs conditions de naturalisation au cours des dernières années. Par exemple, Zurich a introduit l’an dernier un examen d’allemand obligatoire comme prérequis, et le canton de Berne fait passer un test de naturalisation.

Les coûts sont également un facteur. La procédure de naturalisation peut coûter jusqu’à 3000 francs dans certaines communes. L’introduction de nouvelles taxes l’ont rendue plus onéreuse. Dans le canton de Berne, les candidats qui échouent au test de naturalisation doivent notamment suivre un cours qui coûte 300 francs.

Walter Leimgruber, le président de la Commission fédérale pour les questions de migration (CFM), explique que la complexité du processus exclut une large proportion de travailleurs migrants. Il estime aussi qu’elle dissuade aussi des expatriés et des enfants de migrants nés en Suisse ("secondos") et pourrait créer une tension sociale.

swissinfo.ch

×