Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Point de vue


«Ne pas exploiter les problèmes de l’asile, mais les résoudre»


Par Balthasar Glättli, conseiller national et président du groupe des Verts


 Autres langues: 3  Langues: 3

La nouvelle réforme de l’asile est plus rigoureuse, mais elle apporte aussi des améliorations pour les personnes que la loi entend protéger, estime Balthasar Glättli, député vert. Face à la catastrophe humanitaire qui frappe les réfugiés, il faut trouver des solutions aux problèmes que pose l’asile et non les exploiter, comme l’UDC veut une fois encore le faire avec son référendum.

Par Balthasar Glättli, conseiller national et président du groupe des Verts

En Suisse, la politique d’asile est depuis des décennies le théâtre de grands débats emblématiques. D’un côté, on met en avant la lutte contre les abus ou, tout simplement, le trop grand nombre de réfugiés. De l’autre, la défense de la tradition humanitaire de la Suisse.

Point de vue

swissinfo.ch ouvre ses colonnes à des contributions extérieures choisies. Régulièrement, nous publions des textes d’experts, de décideurs, d’observateurs privilégiés, afin de présenter des points de vue originaux sur la Suisse ou sur une problématique intéressant la Suisse. Avec, au final, le souci d’enrichir le débat d’idées.

Et, jusqu’à présent, toutes les révisions ont suivi le même scénario: sous pression de l’UDC ou simplement pour tenter de lui couper l’herbe sous les pieds, le Conseil fédéral se lance dans un durcissement de la loi sur l’asile. Dominé par les partis bourgeois, le Parlement serre encore un peu plus la vis. En réponse, les Verts et la gauche lancent un référendum - et échouent misérablement.

Mais la nouvelle loi sur l’asile soumise au souverain le 5 juin offre pour la première fois un tout autre tableau. Des Verts au PS, du PDC au PLR, l’ensemble des partis soutient la réorganisation de l’asile. D’un côté, elle amène un durcissement indiscutable et une accélération très nette des procédures pour parvenir à une décision définitive, positive ou négative. De l’autre, elle introduit pour la première fois une protection juridique des réfugiés dès la première instance. Seule l’UDC rejette ce compromis, le combattant par référendum.

Bonnes notes pour le projet pilote

Cette votation est aussi particulière parce que cette fois les conséquences de la loi sont prévisibles. En général, durant une campagne de votation, partisans et opposants se disputent autour de la question de l’efficacité de la nouvelle loi. Ici en revanche, la nouvelle procédure a déjà été testée en conditions réelles depuis janvier 2014 à Zurich. Les experts indépendants qui ont évalué ce projet pilote estiment qu’il répond aux attentes. La durée des procédures a été réduite d’un tiers et le taux de recours a lui aussi diminué d’un tiers. En revanche, le nombre des personnes qui retournent volontairement dans leur pays d’origine a, lui, été multiplié par trois parce qu’elles ont dû reconnaître que leurs demandes n’avaient aucune chance.

Aux yeux de la gauche cependant, plusieurs points sont problématiques. Ainsi, l’assistance juridique gratuite n’est pas totalement indépendante - contrairement à ce qu’affirme de manière trompeuse l’UDC en parlant d’«avocats gratuits». Les conseillers juridiques sont en fait plutôt tenus de renoncer aux recours qui n’ont aucune perspective d’aboutir. Les Verts exigent en outre avec détermination que les nouveaux centres fédéraux ne deviennent pas des camps fermés, mais restent ouverts aux visites de voisinage et à celles des organisations indépendantes. En dépit de ces réserves et en fin de compte, les Verts se prononcent pour un «oui critique» comme le font aussi Amnesty international (AI) et l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés (OSAR).

Deux enjeux pour une votation

D’un côté, il y a la question de fond: en dépit de critiques légitimes, nous disons «oui» à une réforme qui profitera précisément aux personnes que notre législation sur l’asile veut protéger. Soit, actuellement, quelque 60% de ceux qui déposent une demande d’asile.

De l’autre côté, il nous faut donner un signal politique clair. Est-ce que l’on veut vraiment, en disant «non», encourager la politique très peu helvétique du «tout ou rien» pratiquée par l’UDC avec son référendum? Ou voulons-nous au contraire soutenir avec un «oui» toutes les forces qui, de la gauche jusqu’à la droite, ont réussi à travailler ensemble pour répondre à la catastrophe humanitaire qui frappe les réfugiés et aux défis qu’elle pose à la Suisse? Nous sommes convaincus qu’ici, il ne faut pas exploiter les problèmes, mais les résoudre.

 

Le point de vue exprimé dans cet article est celui de son auteur et ne correspond pas forcément à celui de swissinfo.ch


(Traduction de l’allemand: Olivier Hüther), swissinfo.ch

×