???skipToContent???
Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Guerre contre la drogue… un constat d’échec


Par Marie-Christine Bonzom, Washington



La politique américaine de lutte contre la drogue a échoué, estime l'ancienne présidente de la Confédération Ruth Dreifuss. ()

La politique américaine de lutte contre la drogue a échoué, estime l'ancienne présidente de la Confédération Ruth Dreifuss.

Un rapport de la Commission Mondiale sur la Politique contre la Drogue, dont l’ancienne présidente de la Conféderation Ruth Dreifuss est membre, suscite un vif débat aux Etats-Unis. Il critique l’approche répressive américaine et prône la décriminalisation de l’usage de drogues.

La Commission Mondiale sur la Politique contre la Drogue (Global Commission On Drug Policy) estime que l’approche qui prévaut aux Etats-Unis et qui inspire l’approche internationale «a échoué».

Au lieu de la prohibition et de la répression, la Commission conseille une «règlementation des drogues destinée à saper la puissance du crime organisé et à sauvegarder la santé et la sécurité des citoyens».

«Les drogués sont des malades, plutôt que des criminels, et qui plus est, des malades exploités par des criminels. Le rôle de la société est de les protéger», explique Ruth Dreifuss, ancienne présidente de la Confédération, à swissinfo.ch.

Le rapport intervient alors que la «guerre contre la drogue», d’abord déclarée aux Etats-Unis et transplantée dans les pays de production, puis dans les textes internationaux et à l’Office de l’ONU contre la Drogue et le Crime, fête son quarantième anniversaire.

«C’est le discours qui domine et nous paraît nocif», déplore Ruth Dreifuss, qui siège à la Commission avec d’autres personnalités comme Koffi Annan, Richard Branson ou les anciens responsables américains George Shultz et Paul Volcker.

Débat aux USA

Mais l’Administration Obama voit dans le rapport « des réponses faciles ». Gil Kerlikowske, l’ancien policier qui dirige le Bureau de la Maison Blanche sur la Politique de Contrôle de la Drogue, maintient que «légaliser les drogues provoque une hausse de leur consommation» et que l’approche américaine est couronnée de «succès».

L’ancien président Jimmy Carter, Prix Nobel de la Paix, désapprouve la Maison Blanche. Il appelle en effet M. Obama à «appliquer les réformes que la Commission avance». «Les politiques anti-drogue sont plus punitives et contreproductives aux Etats-Unis que dans les autres démocraties et ont fait exploser la population pénitentiaire», poursuit-il.

Dans une vidéo pour la Drug Policy Alliance, le chanteur Sting lance pour sa part que «la guerre contre la drogue représente une extraordinaire violation des droits de l’Homme».

Le directeur de cette organisation, Ethan Nadelmann, indique à swissinfo.ch que le rapport de la Commission est un «évènement majeur car jamais un groupe aussi distingué de personnalités n’avait fait de recommandations d’aussi grande portée pour réformer la lutte anti-drogue». Il qualifie l’attitude de l’Administration Obama de « décevante, mais prévisible ». « Obama ressemble de plus en plus à ses prédécesseurs dans ce dossier », déplore-t-il.

De son côté, Ruth Dreifuss déplore que l’Administration Obama n’ait «pas fait de déclaration claire contre la guerre à la drogue». Pour elle, les responsables américains, démocrates et républicains, «devraient se rendre compte que la guerre contre la drogue et le recours à l’incarcération coûtent cher et que la politique que nous proposons est meilleur marché et plus efficace».

L’expérience helvétique

L’ancienne présidente suisse rappelle «l’expérience forte» de la Suisse , «une expérience dans la santé publique qui mène à des interventions de type policier et pénal en cohérence accrue avec les politiques d’intégration sociale  et qui a donné d’excellents résultats sous supervision scientifique très sérieuse, par exemple la suppression quasi absolue des overdoses ou la baisse remarquable de la petite criminalité».

«Je dis à mes interlocuteurs américains qu’on peut très bien survivre politiquement en prenant l’initiative d’une réforme», confie Ruth Dreifuss. Comment réagissent ses interlocuteurs?  «En disant qu’il y a des élections qui viennent, et au niveau fédéral, je crois que M. Obama a plus de problèmes à gérer que j’en avais moi… », répond-elle.

Ruth Dreifuss reste cependant optimiste: «Les distributions de seringues propres ne sont plus au ban des politiques fédérales, l’Amérique a commencé à voir qu’il y a un facteur racial dans la disproportion des peines entre consommateurs de crack, plutôt Noirs, et ceux de cocaïne, plutôt Blancs, et elle a corrigé cette disparité. L’usage médical du cannabis est maintenant autorisé dans plusieurs Etats. Enfin, l’idée même d’une légalisation du cannabis n’a été rejetée qu’à une faible majorité lors d’une votation en Californie», note l’ancienne présidente.

Ethan Nadelmann, le directeur de la Drug Policy Alliance, est lui aussi optimiste, mais il prévient que des «défis importants» doivent être surmontés aux Etats-Unis pour permettre un rééquilibrage de la lutte anti-drogue entre répression et réhabilitation. Parmi ces défis, «l’influence du complexe pénitentiaro-industriel auprès des milieux politiques» et «la difficulté de persuader les conservateurs d’appuyer des stratégies de réduction des risques comme les échanges de seringues».

À cet égard, M. Nadelmann trouve dans la Suisse «une source d’inspiration» pour les Etats-Unis.  «Le fait que ce pays relativement conservateur ait pu faire preuve de leadership en élaborant une politique contre la drogue intelligente et responsable sur le plan budgétaire est encourageant», observe-t-il.

Global Commission on Drug Policy

Genève. La Commission mondiale sur la politique des drogues a été lancée à Genève en janvier 2011.

Noms prestigieux. Y figurent des personnalités comme les anciens présidents  Fernando Henrique Cardoso (Brésil), César Gaviria (Colombie), Ernesto Zedillo (Mexique), Ruth Dreifuss (Suisse), l’ancien secrétaire général de l'ONU Kofi Annan, l’ex-secrétaire d'État américain George Shultz, ou encore l’économiste Paul Volcker.

 

Constat d’échec. Dans ses 24 pages, le rapport dévoilé début juin se penche sur le dernier demi-siècle de lutte contre l’usage et le trafic de drogues, en constatant l’échec de la politique de répression menée, qui n’a pas pu limiter la consommation et a généré des dommages collatéraux.

Consommation globale

250 millions. L’ONU estime qu’il y a au moins 250 millions de consommateurs de drogues illégales dans le monde

Progression. En dix ans, la consommation a augmenté de plus de 34% pour les opiacés, de plus de 27% pour la cocaïne et de plus de 8% pour le cannabis

(source: ONU)

«Guerre contre la drogue»

1971. Déclarée par le président Richard Nixon le 17 juin 1971.

Coût. depuis 1971: mille milliard de dollars.

2011. Déjà plus de 900.000 arrestations pour usage ou trafic de drogue. L’année est bien partie pour battre le record d’arrestations établi en 2009, année pendant laquelle la police américaine avait arrêté plus d’un million et demi de personnes pour ce type de délit.

Arrestations. Chaque année, plus de 600.000 personnes sont arrêtées pour possession de cannabis. Environ un million d’incarcérations par an sont relatives à la drogue.

Prisons. Au total, un quart de la population pénitentiaire purge des peines pour des délits relatifs à la drogue, y compris pour possession et consommation.

 

(source: Ministère américain de la Justice, Associated Press)

swissinfo.ch



Liens

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

×