Première Guerre mondiale Quand Château-d’Oex ouvrait ses portes aux prisonniers de guerre

Intégrer

Une commune alpine symbolise la politique suisse d’accueil des prisonniers de guerre il y a 100 ans. swissinfo.ch est retourné à Château-d’Oex sur les traces de cet épisode marquant de la Première Guerre mondiale et a rencontré des descendants de ces captifs. (Julie Hunt, swissinfo.ch)

Sur la base des accords conclus avec les pays belligérants, qui ont payé les frais, 68’000 prisonniers, malades ou blessés, britanniques, français, allemands, belges, canadiens et indiens, ont été internés pendant plusieurs mois dans des sanatoriums et des hôtels.

dossiers

La Suisse et la Grande Guerre

La Suisse est parvenue à rester à l’écart de la Première Guerre mondiale. Pour autant, ce conflit n’est pas resté sans conséquences sur ce pays ...

Ces lieux d’accueil se trouvaient dans les stations touristiques des Alpes, un ballon d’oxygène pour un secteur en friche à cause de la guerre, qui avait épargné la Suisse en raison de son statut de pays neutre. C’est également dans ce contexte que s’est fortement développé le jeune CICRLien externe.

L'un des principaux centres d'internement britanniques se trouvait à Château-d'Oex, dans les Alpes vaudoises. Sept cents prisonniers de guerre britanniques malades et blessés y ont débarqué à la fin mai 1916.

La station a marqué le centenaire de cet épisode avec des descendants de ces internés. swissinfo.ch les a rencontrés.