Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Syngenta Des pesticides suisses accusés de tuer des agriculteurs indiens

Un agriculteur pulvérise du produit sur ses plantes

Les agriculteurs indiens utilisent rarement des équipements de protection lorsqu'ils pulvérisent les pesticides, augmentant ainsi les risques pour leur santé.

(Atul Loke/Panos Pictures)

L’organisation non gouvernementale (ONG) Public Eye accuse l’entreprise Syngenta d’avoir exporté en Inde des pesticides interdits en Suisse, provoquant l’intoxication de cultivateurs de coton. La société spécialisée dans la chimie et l’agroalimentaire nie toute responsabilité.

Plus de 50 agriculteurs seraient décédés des suites d’une intoxication entre juillet et octobre 2017, après avoir intensément utilisé des insecticices, notamment le Polo de Syngenta, pour lutter contre la mouche blanche dans les champs de coton. Des accusations portées par l’ONG Public Eye, qui a publié mardi un rapportLien externe sur ces décès. Le Polo contient le pesticide diafenthiuron, fabriqué en Suisse par Syngenta. L’entreprise a exporté plus de 126 tonnes de ce produit en 2017, dont 75 tonnes en Inde, 50 tonnes en Afrique du Sud et 1,5 tonnes en Colombie.

Commercialisé en 1991, cet insecticide a été interdit en 2002 dans l’Union européenne, puis en 2009 en Suisse. L’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) considère le diafenthiuron comme «toxique en cas d’inhalation» et comme pouvant «causer des lésions aux organes lors d’exposition prolongée ou répétée».

Les décès ont eu lieu dans la région de Vidarbha, État du Maharashtra. Vingt personnes auraient perdu la vie dans le seul district de Yavatmal, où Public Eye a mené ses recherches.

«Nous condamnons fermement les divers rapports incorrects et mensongers qui prétendent que notre produit de protection des cultures Polo serait responsable de ces incidents malheureux. Il n’y a absolument aucune preuve qui permette d’affirmer que le produit de Syngenta Polo soit responsable des incidents survenus», soutient l’entreprise dans un communiqué publié mardi.

Elle précise que des produits locaux sont souvent commercialisés sous le nom de Polo, et que Syngenta a «mené des programmes de formation de médecins et installé des cliniques de santé mobiles pour soutenir le traitement des agriculteurs qui ont pu être affectés».


Causes multiples

À ce stade, il est encore difficile d’affirmer que le diafenthiuron produit par Syngenta est l’unique cause du décès de ces agriculteurs. Un rapport publié à la demande du Ministre principal de l’État de Maharashtra met en cause plusieurs facteurs, notamment la hauteur des cultures de coton qui a nécessité une pulvérisation de pesticides au-dessus de la tête, l’invasion massive de nuisibles qui a conduit à une utilisation plus importante de produits et un manque d’équipement de protection lors des pulvérisations.

Les agriculteurs auraient également mélangé pesticides et engrais, un cocktail qui rend les traitements médicamenteux plus difficiles. De plus, le produit de Syngenta n’était pas le seul pesticide employé. Les marques indiennes utilisées sont Profex Super, Police et Monocil.

Syngenta India a répondu à Public Eye que le Polo avait été utilisé avec succès par les agriculteurs de tout le pays durant les 14 dernières années, sans qu’aucun incident ou décès ne soit rapporté. 

Au sujet de l’exportation de produits chimiques interdits en Suisse et en Europe, l’entreprise a répondu à la télévision suisse-alémanique SRF qu’il s’agissait de pratiques courantes: «Un produit pour traiter les plantes ou les cultures est souvent enregistré dans un pays et pas dans un autre – en raison de critères réglementaires différents, des conditions climatiques et agronomiques, ou des besoins des agriculteurs», explique Syngenta.


Traduction de l'anglais: Marie Vuilleumier

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Contenu externe

Billets gratuits pour rencontrer Lili Hinstin

Les musées suisses exposent peu d’artistes femmes

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.