Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Point de vue Oui à l’arrêté fédéral sur les pistes cyclables, «pour des routes plus sûres»

En les inscrivant dans la Constitution, les pistes cyclables seront développées en Suisse de manière plus coordonnée et uniforme, permettant de renforcer la sécurité, affirme Rocco Cattaneo, qui soutient le contreprojet à l’initiative «Pro vélo». Selon le député fédéral du Parti libéral radical, la promotion de la bicyclette apportera des bénéfices pour l’économie également.

(1)

La bicyclette est un moyen de locomotion répandu et apprécié en Suisse, comme le démontrent les 330’000 vélos achetés en 2017, soit 4,2% de plus que l’année précédente. Aujourd’hui, on estime à 4 millions le nombre de bicyclettes en circulation, un chiffre destiné à augmenter avec la diffusion de l’e-bike.

Entré au Conseil national en novembre 2017 comme représentant du Parti libéral radical (PLR), Rocco Cattaneo est un entrepreneur actif dans différents secteurs, dont celui des carburants et combustibles, des shops et bars des stations-service, du temps libre et du bien-être. Ancien coureur cycliste, le Tessinois de 60 ans est président de L'Union Européenne de Cyclisme (UEC) et vice-président de l’Union Cycliste Internationale (UCI). A l’origine l’un des promoteurs de l’initiative vélo, il est maintenant co-président du comité interpartis qui soutient le contreprojet en votation populaire le 23 septembre.

(© KEYSTONE / URS FLUEELER)

Toutefois, la situation est toute autre si l’on prend en considération l’évolution de la mobilité cycliste au niveau européen. En comparaison avec les autres pays, la Suisse se place dans la moyenne en ce qui concerne l’usage du vélo, qui représente 5-15% du trafic total, alors qu’il dépasse 30% dans des pays comme le Danemark ou les Pays-Bas. Une des raisons de ce pourcentage plutôt bas en Suisse réside dans le manque de pistes cyclables sûres et adaptées aux déplacements quotidiens à vélo.

Il est nécessaire de renforcer la sécurité

En tant que cycliste passionné, je roule à bicyclette tous les jours, et tous les jours, je ressens personnellement les dangers auxquels sont exposés les cyclistes sur nos routes. En 2016, ils ont été 33 à perdre la vie, et la mobilité cycliste est le seul domaine où le nombre de blessés ou de morts a augmenté.

C’est pourquoi il est nécessaire d’en faire davantage dans notre pays: nous devons nous doter d’infrastructures sûres et d’une signalétique adaptée, dont le développement doit être coordonné sur l’ensemble du territoire suisse. L’arrêté sur lequel nous sommes amenés à nous exprimer poursuit justement cet objectif: promouvoir le développement coordonné et uniforme des voies cyclables pour favoriser un usage toujours plus grand du vélo en toute sécurité.

Car se déplacer à bicyclette comporte de nombreux avantages: outre le fait que c’est un moyen de locomotion économique, utiliser le vélo permet de réduire de façon notable le trafic motorisé, avec pour conséquence une réduction des émissions polluantes. Les premières à en bénéficier seront les zones urbaines, où la congestion du trafic diminuera.

Par ailleurs, la bicyclette est un moyen de transport qui fait du bien au corps et à la tête. Le développement de voies cyclables sûres favorisera l’usage du vélo également dans le sport et pendant le temps libre.

En profitera aussi l’économie de notre pays, en particulier grâce à la croissance du cyclotourisme. Dans le secteur touristique, les tours à vélo des Suisses génèrent un chiffre d’affaires annuel de 2,7 milliards de francs, et ceux effectués par des étrangers des recettes de 67 millions de francs. Des rentrées d’argent importantes surtout pour les régions de montagne.

Faire de la place au vélo

Pour garantir, voire augmenter ces chiffres, nous avons toutefois besoin de pistes cyclables sûres sur tout le territoire et d’une meilleure signalétique. En approuvant cet arrêté, nous inscrirons les voies cyclables dans la Constitution, permettant ainsi à la Confédération d’émettre des règlements, d’assurer la coordination de tous les réseaux et d’informer sur ces itinéraires, comme cela se fait pour les sentiers et les parcours pédestres depuis 1979 déjà. L’heure est donc arrivée de faire de la place au vélo également.

C’est pourquoi, en tant que cycliste passionné, conseiller national et citoyen, je voterai «oui» le 23 septembre prochain à l’arrêté fédéral sur les voies cyclables et les chemins et sentiers pédestres. Car grâce à une meilleure coordination et au soutien de la Confédération, nos routes pourront devenir plus sûres, et la Suisse pourra devenir un pays dans lequel les citoyens et les touristes pourront se déplacer sans crainte à bicyclette.

Le point de vue exprimé dans cet article est celui de son auteur et ne reflète pas forcément celui de swissinfo.ch.

Fin de l'infobox

Point de vue Le vélo est «sain» mais l’arrêté fédéral sur les voies cyclables est «inutile»

L’inscription des pistes cyclables dans la Constitution susciterait de nouveaux problèmes, affirme le député UDC Thomas Hurter.

(2)


(Traduction de l’italien: Barbara Knopf)

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.