Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

«Ce n'est pas à Berne d'organiser la Fête du Grütli»

Annemarie Huber-Hotz, en route pour la Fête du Grütli de cette année.

(Keystone)

A l'avenir non plus, la Fête nationale sur la prairie du Grütli ne doit pas être organisée par la Confédération. C'est du moins l'avis de la nouvelle présidente de la commission du Grütli.

Quant à savoir si des ministres doivent y être invités, Annemarie Huber-Hotz laisse la question ouverte.

«La fête sur le Grütli a été baptisée 'fête nationale', mais son organisation doit rester entre les mains de la Société suisse d'utilité publique (SSUP) et de la commission du Grütli», a dit Annemarie Huber-Hotz samedi sur les ondes de la Radio suisse alémanique.

Selon la présidente de la commission du Grütli, les ministres qui sont venus par le passé s'exprimer sur la prairie ne l'ont pas fait en tant que membres du gouvernement.

Il s'agit désormais de déterminer quels orateurs seront à l'avenir invités par la commission du Grütli, Estime Annemarie Huber-Hotz qui n'exclut pas de réduire la taille des festivités.

«Nous discutons avec les cantons et les partenaires concernés», a-t-elle précisé. Et pour elle, le recours à l'économie pour financer la sécurité ne doit pas devenir la règle.

Annemarie Huber-Hotz est actuellement aussi chancelière de la Confédération, fonction qu'elle quittera en décembre.

Plus de peur que de mal

Rappelons que cette année, face au refus de la Confédération et des cantons voisins, ce sont des mécènes privés qui ont pris en charge les frais de sécurité.

Le jour de la manifestation, la police a interdit l'accès de la prairie à quelques groupes d'extrémistes de droite qui tentaient de la rallier à pied ou en canot pneumatique.

La question de la sécurité ne s'est pas moins posée lorsqu'une «bombe» artisanale (faite de feux d'artifices) a explosé à la fin de la cérémonie. L'engin était enterré et il a été déclenché par une minuterie. Tout laisse à supposer qu'il avait été placé là la veille.

Il n'a fait aucun dégât et personne n'a été blessé.

swissinfo et les agences

Le Grütli

Selon la légende, c'est sur la prairie du Grütli que les représentants des cantons d'Uri, Schwyz et Unterwald se sont réunis pour fonder la Confédération, en 1291.

La prairie est devenue un lieu de mémoire patriotique dès le 17e siècle. Le souvenir du mythe fondateur s'est encore renforcé tout au long du 19e siècle.

C'est sur le Grütli qu'en 1940 le chef de l'armée suisse – le général Guisan – a fait un discours historique aux principaux officiers pour ranimer la volonté de résister à une éventuelle invasion allemande.

Une petite fête nationale est organisée chaque année sur le Grütli.

Par deux fois, en 2000 et 2005, des manifestants d'extrême-droite y ont insulté le président de la Confédération alors qu'il tenait un discours. Les mesures de sécurités ont été renforcées depuis.

Fin de l'infobox


Liens

×