Adolf Ogi, président de la Confédération en 2000

Le démocrate du centre Adolf Ogi succèdera à la socialiste Ruth Dreifuss. Il avait déjà occupé ce poste en 1993. Quant au socialiste Moritz Leuenberger, il a été élu à la vice-présidence du Conseil fédéral.

Ce contenu a été publié le 15 décembre 1999 - 14:36

Le démocrate du centre Adolf Ogi succèdera à la socialiste Ruth Dreifuss. Il avait déjà occupé ce poste en 1993. Quant au socialiste Moritz Leuenberger, il a été élu à la vice-présidence du Conseil fédéral.

Adolf Ogi, le doyen du gouvernement suisse, a obtenu 176 voix sur 203 bulletins valables. Son élection à la présidence a donc été un peu moins brillante que sa réélection au gouvernement quelques heures plus tôt (191 voix sur 229 bulletins valables). Il a aussi reçu moins de voix que lors de sa première accession à la présidence de la Confédération, fin 1992 (185).

Agé de 57 ans, Adolf Ogi appartient à l'aile modérée de l'Union démocratique du centre. Il a dirigé le département de l'Environnement, des Transports, de l'Energie et de la Communication (DETEC) avant de devenir ministre de la Défense en 1995.

Pour sa part, le socialiste zurichois Moritz Leuenberger sera vice-président du Conseil fédéral pour la première fois l'an prochain. Agé de 53 ans, il dirige le DETEC depuis son entrée au gouvernement en 1995. Moritz Leuenberger a fait un score moyen, avec 145 voix sur 197 bulletins valables.

A noter que le Parlement a aussi donné des voix à d'autres conseillers fédéraux. Ainsi, Kaspar Villiger a recueilli 13 voix tant pour la présidence que pour la vice-présidence. Dans ce dernier scrutin, 23 voix sont allées à Pascal Couchepin à titre de «consolation» pour sa mauvaise réélection au Conseil fédéral. Ruth Metzler a reçu 11 voix et Joseph Deiss 5.

SRI avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article