Allégé des polymères, Ciba s'envole

Excellente année pour Ciba SC, après la vente de sa division polymères. Keystone

Ciba Spécialités Chimiques (Ciba SC) a nettement renforcé sa rentabilité en 2000, malgré un 4e trimestre décevant. Après avoir cédé sa division polymères, le groupe bâlois se réorganise afin d'être «en pleine forme pour croître» («fit for growth»).

Ce contenu a été publié le 21 février 2001 - 17:27

«Cette nouvelle structure a pour but une plus grande croissance et non une réduction des coûts», a répété mercredi devant la presse réunie à Zurich Armin Meyer, directeur et président du conseil d'administration du groupe bâlois. Elle doit toutefois permettre des économies de 50 millions de francs d'ici 2002, a-t-il précisé.

A l'instar d'ABB, Ciba SC se structurera dès le 1er mars selon les activités de ses industries clientes. L'actuelle organisation en trois divisions est supprimée, entraînant la disparition pure et simple d'un niveau hiérarchique. A l'étage en dessous, les neuf unités d'affaires actuelles sont regroupées en cinq segments.

Cet organigrame simplifié doit permettre à la société de mieux profiter de marchés «toujours plus complexes et plus globalisés». Regroupant le marketing, la recherche et le développement, la technologie et la fabrication ainsi que la vente, chaque segment sera à même d'offrir aux clients des «solutions globales».

Cette réorganisation intervient au terme d'un exercice 2000 réussi pour le groupe spécialisé dans les colorants, les additifs et la chimie fine. Allégé de sa division polymères (vendue à Vantico), il a vu le bénéfice net de ses activités restantes bondir de 76% pour se fixer à 418 millions de francs.

Le résultat net comparable à celui de 1999 s'affiche lui en hausse de 39%, à 452 millions de francs. Signe de l'amélioration de la rentabilité, ces fortes progressions sont enregistrées alors que le chiffre d'affaires n'augmente «que» de 9% à 7,902 milliards de francs.

Pour l'exercice en cours, Ciba SC table sur une confirmation de ces performances. L'ampleur de la progression ne sera pas rééditée mais sera tout de même à deux chiffres. La croissance des ventes sera ainsi «nettement supérieure» à la hausse moyenne du marché des industries clientes. Et pour les trois à quatre prochaines années, la croissance du chiffre d'affaires est ainsi prévue à «plus de 6 %» par an.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article