Au Gothard, avant la jonction finale

Les héros du jour sont avant tout les mineurs.

Les héros du jour sont avant tout les mineurs.

(Keystone)

Il ne reste que quelques centimètres à percer avant la rencontre des deux équipes de mineurs à l’œuvre sur le futur plus long tunnel du monde, la nouvelle ligne ferroviaire du Gothard. La rencontre est prévue vendredi après-midi.

«Nous sommes très impatients de la percée finale», explique Rahel Probst, porte-parole de la société AlpTransit, maître d’ouvrage du nouveau tunnel et filiale des CFF. «Tous ceux qui ont travaillé sur ce projet sont très fiers d’avoir participé à un ouvrage qui sera un record du monde».

Avec ses 57 kilomètres, le Gothard dépassera en effet l’actuel record, détenu par le tunnel sous-marin du Seikan et ses 53,8 kilomètres.

La cérémonie commencera à 13 heures avec un spectacle visuel et sonore du metteur en scène de théâtre Volker Hesser. Après les discours, le tunnel sera béni.

Ensuite, à 14 heures, le tunnelier se mettra en marche, en partant du côté grison, en direction du Tessin et de Faido. Entre dix et vingt minutes plus tard, il devrait briser le dernier mur de roche. Les mineurs des deux côtés grimperont alors à travers les gravats pour se serrer les mains.

Couronnement

Le ministre suisse des transports Moritz Leuenberger sera en première ligne, de même que l’ambassadeur européen en Suisse, Michael Reiterer et le directeur général des CFF, Andreas Meyer.

Le percement sera retransmis en direct à Luxembourg, où les ministres des transports des pays européens se réunissent. Le commissaire européen aux transports Siim Kallas, qui a dit que le tunnel était un «projet remarquable», s’est excusé.

Consolation pour les absents: Moritz Leuenberger a donné un billet pour la traversée du tunnel à tous les ministres européens – billet valable à partir de 2017, année prévue de l’ouverture du tunnel au trafic (ou 2016, selon les nouveaux pronostics).

Pour Moritz Leuenberger, élu en 1995 et qui quitte le Conseil fédéral à la fin du mois, le percement du tunnel est un couronnement. «Le tunnel a une importance très grande pour la Suisse et il a aussi contribué à construire l’infrastructure des transports européenne, a-t-il expliqué à swissinfo.ch. Mais cet énorme projet a aussi été une aventure très risquée.»

24 millions de tonnes

«Durant ces quinze années où j’ai défendu le projet devant les Chambres fédérales, il y a toujours eu des malins et des sceptiques qui prédisaient que cela ne marcherait pas», ajoute le ministre des transports.

«Un tunnel n’est construit qu’une fois le percement final accompli. Avant cela, il y a toujours des risques géologiques. Nous avons clairement averti la population de ces risques. Mais les citoyens ont quand même accepté», rappelle Moritz Leuenberger. Les Suisses se sont même prononcés pas moins de quatre fois en faveur de ce projet durant les années 1990.

Le tunnel de base du Gothard sera un élément clé des transports entre le nord et le sud de l’Europe et raccourcira le trajet de Zurich à Milan à deux heures quarante, soit une heure et quart de moins.

Au total, 24 millions de tonnes de roches ont été excavées, soit cinq fois le volume de la Grande Pyramide de Khéops. Les coûts devraient avoisiner 9,8 milliards de francs.

Surmonter les problèmes

Il a fallu surmonter de nombreuses difficultés pour arriver au percement de ce vendredi. La géologie alpine a réservé des surprises, notamment la roche de la Piora Mulde. Les ingénieurs ont dû aller plus bas pour trouver une zone plus solide. Au nord de Sedrun, il a fallu percer avec des explosifs.

Environ 3500 personnes assisteront vendredi à la cérémonie retransmise également à Gênes. La télévision sera aussi de la partie, de même que swissinfo.ch. Quelque 150 journalistes du pays et de l’étranger sont attendus.

De son côté, Renzo Simoni, patron d’AlpTransit, espère qu’on n’oubliera pas les mineurs. «Ce sont eux, a-t-il déclaré à la télévision publique, qui sont les héros du jour.»

HISTOIRE

1847 Carl Eduard Gruner lance l’idée d’un tunnel de base sous le Gothard.

1992 Près de 64% des citoyens approuvent les Nouvelles lignes ferroviaires à travers les Alpes (NLFA), avec deux deux tunnels (Lötschberg et Gothard)

1994 L’Initiative des Alpes , acceptée par 52% des votants, exige le transfert des transports de marchandises en transit de la route au rail.

1998 Le Parlement approuve la construction simultanée des deux tunnels de base redimensionnés.

29 novembre 1998 Le peuple approuve par 63,5% des voix l'arrêté fédéral sur la construction et le financement des transports publics.

8 décembre 1999 Les Chambres fédérales acceptent un crédit de 12,6 milliards de francs pour les NLFA - sans la TVA et le renchérissement.

21 mai 2000 Les citoyens helvétiques disent "oui" à 67% des voix aux sept accords bilatéraux avec l'UE, dont celui sur le trafic terrestre, qui prévoit que l'Union accepte la politique de transfert de la Suisse.

22 septembre 2000 Entrée en service du premier tunnelier à Steg / Niedergesteln (VS).

15 juin 2007 Inauguration officielle du tunnel de base du Lötschberg (34,6 km).

TUNNEL DE BASE

Le tunnel de base du Gothard et le tunnel de base du Ceneri (terminé en 2019) créeront une ligne ferroviaire ultramoderne culminant à 550 mètres d’altitude. La route, de son côté, grimpe jusqu’à 1150 mètres.

La ligne ferroviaire devient ainsi plus plate et plus courte (de 40 km) pour les passagers. Le volume de marchandises doublera de 2000 à 4000 tonnes. Elles rouleront aussi deux fois plus vite.


(Traduction de l’anglais: Ariane Gigon), swissinfo.ch



Liens

×