Chute de bénéfice pour le Credit Suisse

Le patron du Credit Suisse, Lukas Mühlemann, prévoit une réorganisation du groupe l'an prochain. Keystone Archive

Le Credit Suisse Group a souffert au premier semestre du ralentissement des marchés financiers. Son bénéfice net sur six mois a chuté de 24% pour atteindre 2,7 milliards de francs.

Ce contenu a été publié le 29 août 2001 - 12:17

Lukas Mühlemann, le patron du groupe, souligne le contexte difficile dans lequel ces résultats s'inscrivent. Il n'est guère optimiste pour le second semestre. Les deux piliers du groupe, gestion de fortune et banque d'affaires, continueront de souffrir des conditions du marché.

M. Mühlemann, qui cumule les fonctions de président du conseil d'administration et du directoire, se réjouit par contre de l'afflux net de nouveaux capitaux au premier semestre, afflux qui se monte à 41,4 milliards de francs ou 3% des actifs gérés.

De lourdes charges

Depuis fin 2000, les actifs gérés ont augmenté de 4,3%, à 1452,1 milliards de francs. Les quatre divisions, Private Banking (gestion de fortune), Asset Management (gestion d'actifs), Financial Services (services financiers et assurances) et First Boston (banque d'affaires) ont participé à ce résultat.

Des progrès ont aussi été réalisés dans la gestion des coûts, ce que reflète la diminution de 1% des charges de personnel au deuxième trimestre par rapport au trimestre précédent. Notamment Credit Suisse First Boston qui a supprimé depuis fin mars 524 emplois ou 2% de ses effectifs.

Il reste que les charges ont globalement progressé plus vite que les produits. Par rapport au premier semestre 2000, les charges d'exploitation sur six mois ont augmenté de 38%, à 16,2 milliards de francs, les produits bruts de 24%, à 22,3 milliards.

Ces bonds s'expliquent notamment par l'intégration en novembre dernier de la banque d'affaires américaine Donaldson, Lufkin & Jenrette. En comparaison entre le premier et le deuxième trimestre, les charges ont progressé de 2% et les produits de 1%.

Pour améliorer la rentabilité, le groupe sera réorganisé au début de l'an prochain. Asset Management sera intégré à First Boston, tandis que Private Banking rejoindra Financial Services.

Le bénéfice d'exploitation, qui ne tient pas compte de l'amortissement de valeurs incorporelles et du goodwill, a reculé de 9%, à 3,3 milliards de francs. Calculé sur une base annuelle, la rentabilité des fonds propres a reculé à 16% au premier semestre 2001, contre 23,4% au premier semestre 2000.

Pertes dans le private equity

La déprime boursière a particulièrement pesé sur la division de banque d'affaires. Credit Suisse First Boston enregistre une baisse de 14% de son bénéfice d'exploitation, à 1,1 milliard de francs.

Les affaires de private equity, qui regroupent des participations dans des sociétés non cotées en bourse, affichent une perte avant impôts de 216,8 millions.

Au 30 juin, la valeur comptable du portefeuille s'élevait à 4,4 milliards de francs. Une provision de 100 millions a été constituée en prévision de possibles corrections de valeur.

Bilan positif

L'assurance permet au CSG de tirer un bilan positif pour la division Financial Services. Winterthur a affiché une croissance de 10% des primes dans les affaires vie et prévoyance professionnelle et de 15% dans l'assurance de choses.

Par contre, le résultat de l'unité helvétique du groupe, Credit Suisse Banking, est en recul tandis que le lancement en Espagne et en Allemagne de l'offre destinée à la clientèle fortunée européenne, Personal Finance, se traduit par une perte de 196 millions de francs au premier semestre.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article