Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Coup d'envoi de l'exercice de l'OTAN sur sol suisse

Adolf Ogi et le général de l'OTAN Emmanouil Manzanas (à gauche) saluent les participants à l'exercice du PPP.

(Keystone)

Adolf Ogi a officiellement donné le coup d'envoi de l'exercice d'état-major du Partenariat pour la Paix (PPP) de l'OTAN, à Lucerne. Il a souligné l'importance pour la Suisse d'une politique de sécurité sous le signe de l'ouverture.

Le président de la Confédération s'est exprimé devant quelque 400 participants à l'exercice, intitulé «Cooperative Determination 2000». Adolf Ogi a présenté les différentes étapes de la politique suisse en matière de sécurité en insistant sur l'ouverture.

L'adhésion de la Suisse au Partenariat pour la Paix en 1996 a été le premier pas de la Confédération vers sa nouvelle stratégie «sécurité par la coopération», a déclaré le conseiller fédéral. L'envoi de troupes d'appui de la KFOR au Kosovo et l'exercice d'état-major qui démarre lundi sont aussi des moments décisifs.

En marge de la cérémonie d'ouverture, le ministre de la défense a démenti toute intention de la Suisse d'entrer dans l'OTAN. Le Partenariat pour la Paix est pour la Suisse une «offre à la carte». «Nous sommes en fait des profiteurs», a ajouté Adolf Ogi en revenant sur les avantages d'une telle coopération pour la Suisse.

La cérémonie s'est poursuivie par la présentation des drapeaux, de la musique et un discours du général de l'OTAN Emmanouil Manzanas. Les participants ont ensuite assisté à une démonstration du groupe d'intervention chimique du canton d'Uri.

L'exercice lui-même démarre lundi. C'est la première fois que l'OTAN organise un tel exercice sur sol suisse. Totalement virtuel, il est destiné à tester le fonctionnement d'un état-major de brigade multinationale dans le cadre d'une opération de maintien de la paix. Il se déroulera jusqu'à vendredi à raison de huit heures par jour uniquement sur ordinateur, sans mouvement de troupes.

Le scénario prévoit un conflit dans un pays fictif connaissant des troubles ethniques au sujet de ressources pétrolières. Après le cessez-le-feu, la brigade du PPP, armée, intervient sur mandat de l'ONU pour maintenir la paix dans la zone démilitarisée. Le comité international de la Croix-Rouge et le Haut commissariat aux réfugiés participent également à l'opération.

Les quelque 169 militaires suisses engagés dans cet exercice sont responsables de l'infrastructure. L'exercice coûte 1,8 million de francs. Un million est à charge de la Confédération.

swissinfo avec les agences

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×