Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Dépenses égales pour les médicaments et le téléphone en Suisse

En pharmacie, les Suisses demandent de plus en plus souvent des génériques.

(Keystone)

En 2006, la progression du marché des médicaments a été plus faible en Suisse qu'au niveau mondial. Les Suisses dépensent néanmoins 600 francs environ par année pour leurs médicaments.

Les génériques ont enregistré une forte croissance : les ventes de ceux qui sont remboursés par les assurances maladie ont augmenté de presque 50%.

En moyenne annuelle, les Suisses dépensent 1,7% de leur revenu en médicaments. Cela représente à peu près la même somme que ce qu'ils paient pour leurs appels téléphoniques, soit 424 dollars (environ 600 francs suisses) par personne.

Interpharma, l'association des entreprises pharmaceutiques suisses à l'origine de cette étude qui se fonde sur les données de 2004, indique samedi dans un communiqué que ces chiffres sont sensiblement inférieurs à ceux obtenus dans certains pays voisins.

En Allemagne par exemple, la dépense moyenne pour les médicaments se monte à 429 dollars. Elle est également supérieure à celle de la Suisse aux Etats-Unis (752 dollars), en France (599) et en Italie (520).

L'Autriche (407 dollars), la Suède (348), le Danemark (270) affichent en revanche des dépenses annuelles moyennes par personne inférieures.

Croissance affaiblie

Pour ce qui est des ventes globales, la croissance du marché suisse des médicaments s'est affaiblie l'an dernier. Le chiffre d'affaires a augmenté de seulement 1,9% à 4,205 milliards de francs. Une progression nettement inférieure au marché mondial, qui a lui grimpé de 6,3%.

«Cette évolution confirme l'impact durable des mesures mises en oeuvre au cours des dernières années pour atténuer les coûts dans le système de santé», estime Interpharma.

En revanche, le secteur pharmaceutique helvétique s'est distingué dans le domaine de la recherche et du développement. Les investissements en la matière ont bondi de 13,8% à 4,4 milliards de francs.

Plus de génériques

L'an dernier, pour la première fois, ce sont les médicaments contre les affections du système nerveux qui ont été les plus vendus. En premier lieu viennent les médicaments contre les dépressions. Les médicaments traitant les affections cardio-vasculaires viennent au deuxième rang.

Une nouvelle fois, les ventes de génériques remboursés par les caisses-maladie ont par ailleurs augmenté: la hausse atteint même 46%. Quant aux ventes de médicaments obtenus par des procédés issus des biotechnologies, elles ont été multipliées par huit en 2006.

Environ un tiers des médicaments vendus en Suisse ont été fabriqués dans le pays même. A noter qu'environ 16% de tous les médicaments vendus le sont sans ordonnance.

Le coût de la santé

En 2004, la part des médicaments aux coûts globaux de la santé a été de 10,4% en Suisse, soit moitié moins qu'en Italie (21,1%) et nettement moins qu'en France (18,9%), en Allemagne (14,1%), en Autriche (13%) aux Etats-Unis (12,3%) et en Suède (12,3%), précise encore Interpharma.

Au Danemark, la part a été un peu plus faible avec 9,4%. Les médicaments ont été principalement distribués par les pharmacies (54%), les médecins prescripteurs (24%) et les hôpitaux (19%).

swissinfo et les agences

En bref

Le secteur chimique et pharmaceutique sont des piliers de l'économie suisse.

Il représente un tiers environ des exportations helvétiques, soit à peu près 55 milliards de francs par année.

Avec plus de 200'000 postes de travail à l'étranger, ce secteur emploie plus de collaborateurs dans le monde qu'à l'intérieur des frontières du pays.

Entre 1980 et 2004, les exportations de médicaments, vitamines et produits diagnostiques ont affiché un taux de croissance de 900%.

Fin de l'infobox


Liens

×