Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

De l’aide suisse pour les hôpitaux polonais



Witold Poniklo (à dr.) et Bartosz Marsalek devant le chauffage archaïque de l'hôpital Rydygier.

Witold Poniklo (à dr.) et Bartosz Marsalek devant le chauffage archaïque de l'hôpital Rydygier.

(swissinfo.ch)

A première vue, les villes de Pologne ressemblent à celles du reste de l’Europe. Derrière les façades, le besoin de modernisation est cependant très grand. Avec sa contribution à l’élargissement, la Suisse participe aux efforts.

Cracovie, au sud de la Pologne, est connue pour ses universités, son quartier juif, sa choucroute au paprika et le pape Jean-Paul II. Les Trabant (les Fiat polonaises) et les Wartburg ont disparu depuis longtemps des routes du pays. Elles ont laissé la place à des modèles d’Europe de l’ouest, du Japon ou des Etats-Unis.

Au centre, les touristes vont d’une curiosité historique à une autre. En revanche, ils sont peu à se rendre dans la périphérie: ce qui était autrefois une des plus grandes usines métallurgiques d’Europe de l’Est est toujours là. La fabrique était aussi le deuxième plus grand pollueur du pays.

C’est à proximité de cette énorme masse métallique qu’a été planifié un grand hôpital dans les années 1970. Outre la médecine générale, il était spécialisé dans les accidents de travail tels que brûlures et empoisonnements, dans la chirurgie du visage et la neuro-traumatologie.

Les errances de planification et la chute du bloc soviétique ont occasionné des retards et l’hôpital n’a ouvert ses portes que dans les années 1990. Mais l’esprit socialiste est demeuré. Gigantesque, massif, surfaces généreuses, façades peu écologiques, coûteux sols en marbre, le tout évidemment surdimensionné: telles sont les témoignages du gigantisme de l’époque. Seuls 600 des 900 lits prévus sont utilisés.

Budget grignoté par les dépenses courantes

«Presque tout notre budget passe dans les dépenses courantes», explique Witold Poniklo, vice-directeur technique de l’hôpital. En d’autres termes: il ne reste pratiquement rien pour des rénovations.

Certes, les fenêtres ont été changées et l’isolation améliorée. Mais la climatisation et les installations sanitaires, avec leurs systèmes de tuyaux courant sur des kilomètres, sont encore d’origine.

Presque tout le matériel provient de Magdebourg, en ex-Allemagne de l’Est. C’est une autre dimension de la qualité allemande: la technologie fonctionne toujours, mais elle coûte très cher.

Amiante dans la façade

Les façades sont bourrées d’amiante, qui était fréquemment utilisée comme matériel isolant. «Si on ne touche à rien, le danger reste sous contrôle», dit Witold Poniklo. Ce qui signifie que des rénovations causeraient des fuites du poison.

Pendant l’été, les plaques de métal formant la façade deviennent si chaudes que la climatisation coûte une fortune. C’est pourquoi l’hôpital a eu l’idée d’installer des capteurs solaires qui permettraient aussi de produire du froid.

Le projet est parvenu aux oreilles de spécialistes suisses à Varsovie, chargés d’attribuer les fonds de la contribution suisse à l’élargissement. Les citoyens avaient accepté cette aide, nommée «milliard de la cohésion» lors de la votation de 2006 pour financer des projets d’infrastructures dans les nouveaux pays membres de l’Union européenne (UE).

Cinq kilomètres de nouveaux tuyaux

La Pologne étant, de loin, le plus grand des nouveaux pays membres de l’UE, elle reçoit aussi la plus grande partie du milliard suisse. Cette aide représente même la moitié du tout.

Le bureau suisse de Varsovie est chargé de proposer des projets d’infrastructures durables qui profiteront de la manne des 500 millions mise à disposition jusqu’en 2012. Le projet de l’hôpital de Cracovie en fait partie. Il recevra au total 8,1 millions de francs.

Ce montant permettra la pose de 3100 mètres carrés de capteurs solaires et la modernisation de l’infrastructure sanitaire. Pas moins de 5000 mètres de nouveaux tuyaux seront posés. La ventilation sera remplacée.

L’UE soutient également des projets d’infrastructures en Pologne, dans le cadre de l’élargissement. Pour éviter les doublons, une coordination a été mise en place entre Berne et Burxelles.

«Les projets soutenus par la Confédération sont indépendants du fonds européen, ou complémentaires, lorsque cela nous paraît indiqué», explique Dominique Favre, responsable adjoint du bureau de Varsovie.

Dans la région de Cracovie, deux autres hôpitaux sont actuellement en cours de rénovation et de modernisation. Il s’agit de réduire les émissions nocives et de réaliser des économies d’énergie de l’ordre de 1,3 million de francs par an. Aujourd’hui, les coûts énergétiques représentent entre 6 et 9% des dépenses courantes.

Alexander Künzle, swissinfo.ch, Cracovie
(Traduction de l’allemand: Ariane Gigon)

CONTRIBUTION suisse

En novembre 2006, les citoyens suisses ont accepté la nouvelle Loi fédérale sur l’élargissement à l’est de l’UE.

Ils ont ainsi accepté de consacrer un milliard de francs à la lutte contre les inégalités économiques et sociales dans les nouveaux pays membres de l’UE.

Les projets sont menés en coopération avec les pays concernés. Domaines choisis: sécurité, stabilité et réformes; environnement et infrastructure; encouragement de l’économie privée; développement humain et social.

Fin de l'infobox

Un MILLIARD SUR 100

Le milliard de francs consacré à l’élargissement est une contribution de solidarité de la Suisse, en complément aux 100 milliards de francs (67 milliards d’euros) promis par les anciens pays de l’UE. Les projets doivent être choisis jusqu’en 2013 et les fonds doivent être versés jusqu’en 2015.

Fin de l'infobox

PETITE POLOGNE

Cracovie se trouve dans la région de Malapolska (ou Petite-Pologne) au sud, une des plus pauvres du pays. Elle compte 3,2 millions d’habitants.

Les trois hôpitaux à rénover traitent quelque 80'000 patients par an .

La Pologne couvre 93% de ses besoins énergétiques avec du charbon et du lignite , dont elle est la plus grande détentrice en Europe.

Le pays planifie trois centrales nucléaires et espère augmenter sa part d’énergies renouvelables à 15% d’ici 2020 .

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×