Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Santé démocratique La démocratie suisse au top, malgré le financement opaque des partis

Enveloppe remplie de billets de banque suisses

Le financement assez opaque des partis politiques est un critique assez récurrente adressée à la Suisse.

(Gaetan Bally / Keystone)

Solide, stable, sensationnelle, mais pas parfaite: voilà à quoi ressemble la Suisse en terme de qualité démocratique. La Confédération conserve sa cinquième place dans le classement international Sustainable Governance Indicators 2018. Elle pourrait même être en tête s’il n’y avait le manque de transparence dans le financement des partis politique.

Dans le rapport démocratique annuel de la fondation allemande Bertelsmann, qui examine 41 pays hautement développés de l'Union européenne (UE) et de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), la Suisse obtient une note particulièrement élevée dans quatre domaines. Cependant, elle fait la figure de cancre dans un cinquième. 

Dans le Sustainable Governance IndicatorsLien externe (SGI), les examinateurs analysent la solidité des institutions et des pratiques démocratiques des pays passés en revue. La Suisse est imbattable en terme de référendum. Ici, avec sa démocratie directe très développée, elle est la seule à marquer le maximum de 10 points. Les pays les plus proches dans ce classement atteignent un maximum de 8 points. 

La Suisse passe également son examen haut la main avec les meilleures notes dans trois autres domaines qui font la qualité de la démocratie: l'équité pour les candidats et les partis aux élections, le processus électoral pour les citoyens et l'accès à l'information. 

Mais l’«éternelle» exception empêche une nouvelle fois la Suisse d’atteindre le summa cum laude. Comme d’habitude, la Suisse, avec son traditionnel culte du secret, de retrouve en queue de peloton en matière de transparence dans le financement des partis politiques, n’obtenant qu’un seul point. 

Le populisme comme élément de fracture 

Dans 26 pays, soit plus de la moitié des pays passés en revue, les standards démocratiques sont en recul depuis de 1er rapport publié en 2011. Les auteurs imputent cette évolution négative à la polarisation croissante due aux tendances populistes et à des déficits dans la gouvernance. Cela constitue une lourde hypothèque alors qu’il est nécessaire de résoudre les problèmes politiques et de faire des réformes dans de nombreux pays hautement développés, avertissent les auteurs du rapport. 

Le bastion de la démocratie se trouve clairement dans l'Europe du Nord: la Suède occupe la première place (9,19 points sur 10), suivie par la Finlande, la Norvège et le Danemark. L'Allemagne est à égalité avec la Suisse et a même gagné du terrain par rapport à 2014 (+0,06 point). 

Les plus grands gagnants de la démocratie sont la Corée du Sud (+0,59 point), suivie de l'Italie, Malte, la France, l'Espagne, le Canada et l'Estonie. 

Le plus grand perdant est la Pologne, qui avec un effondrement de -3,08 points est vu comme un «destructeur de la démocratie». Suivent sur cette pente descendante la Turquie (-1,78), la Hongrie (-1,53), le Mexique (-1,24), les Etats-Unis (-0,95) et l’Islande (-0,77). 

Nouvelle dynamique populaire 

Pour en revenir à la Suisse, le gouvernement, le parlement et la plupart des partis ont développé une sorte de «couche de téflon». Pendant des décennies, ils ont botté en touche les critiques concernant le financement des partis. 

Entre-temps, on assiste toutefois à une nouvelle dynamique: un comité interpartis a lancé l'initiative populaire «Pour plus de transparence dans le financement de la vie politiqueLien externe» et a réussi à recueillir les signatures nécessaires pour la soumettre au vote populaire. La date du vote n'a pas encore été fixée. 

Par ailleurs, en mars dernier, les citoyens des cantons de Fribourg et de Schwyz ont approuvé deux initiatives cantonales pour la transparence financière des partis politiques. Une législation similaire existe déjà dans les cantons de Genève, Neuchâtel et Tessin.

Transparence financière des partis Deux cantons envoient un signal à Berne

Les vents sont favorables aux réformes pour faire la lumière sur le financement des partis et des campagnes politiques en Suisse.



(Traduction de l'allemand: Olivier Pauchard)

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.