Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Dernière bouffée dans les trains suisses

L'interdiction de la fumée permettra de faire des économies de nettoyage.

(Keystone)

La fumée est définitivement bannie des trains dès dimanche, à l'occasion de l'introduction de l'horaire 2006 des Chemins de fer fédéraux.

L'interdiction décidée par les dirigeants du rail est étendue à tous les espaces fermés, tels que salles d'attentes ou guichets de gares.

Ceux qui ne pourront pas résister à leur envie d'en griller une s'exposeront à une amende de 25 francs. Mais les statistiques indiquent que seuls 25% des voyageurs fument dans le train, ce qui laissait souvent vacants les sièges des compartiments fumeurs.

Il y a six mois déjà, l'organisation faîtière suisse, l'Union des transports publics, avait annoncé que tous ses membres, y compris les Chemins de fer fédéraux (CFF), soutenait une interdiction générale de fumer.

C'est déjà le cas dans les bus, les cars et les trams depuis de nombreuses années mais les CFF avaient continué d'offrir environ un tiers de places fumeurs. Fumer sera du reste toujours permis sur les quais et le pont des bateaux.

Les CFF, qui déclarent vouloir protéger leurs usagers, se disent aussi «très optimistes» quant à l'accueil qui sera réservé à cette mesure. Le porte-parole Christian Kräuchi a indiqué à swissinfo que la compagnie ne faisait que suivre la tendance générale en faveur d'une interdiction de fumer dans les espaces publics.

Meilleur taux d'occupation

M. Kräuchi a ajouté que le taux d'occupation des sièges devrait s'améliorer puisque passagers et personnel ne sont plus exposés à la fumée passive.

«D'ici deux semaines, les 3000 wagons concernés seront dotés d'étiquettes 'non-fumeur' et d'ici à six mois, tous les cendriers seront retirés ou scellés de manière à ce qu'on ne puisse plus les ouvrir.»

Les CFF affirment encore que les économies réalisées sur le nettoyage vont largement compenser les frais occasionnés par l'interdiction. Les usagers qui ignoreront celle-ci recevront un avertissement par le personnel de train qui leur distribuera un cendrier de carton portant l'inscription «la dernière bouffée».

«Nous voulons que notre personnel reste amical mais ferme. Il ne sera pas question de discuter. Nous dirons, c'est non-fumeur», ajoute Christian Kräuchi.

Et d'ajouter qu'il ne devrait pas y avoir de problèmes et que ce genre d'interdiction a été appliquée avec succès dans des pays voisins comme la France ou l'Italie, comme dans les trains régionaux zurichois.

L'intérêt des fumeurs

Lorsque la décision a été annoncée, à la fin juin, elle a suscité des réactions, comme par exemple chez Moritz Suter, le célèbre fondateur de l'ancienne compagnie d'aviation Crossair, qui a volé au secours des fumeurs.

Il a proposé d'exploiter des wagons fumeurs privés sur les grandes lignes CFF comme Genève-Romanshorn et Bâle-Chiasso. Mais son projet a fait long feu, faute de financement.

«C'était plus une idée en l'air qu'un projet concret, commente Christian Kräuchi. Nous lui avons dit qu'il faudrait des wagons spéciaux, ce qui serait très cher. Il n'a du reste pas trouvé de financement à si court terme.»

swissinfo, Robert Brookes
(Traduction de l'anglais: Isabelle Eichenberger)

Faits

Moins de 25% des passagers du rail fument.
Les compartiments fumeurs restent souvent vides car les fumeurs préfèrent souvent voyager en non-fumeur.
Il est interdit de fumer depuis des années dans le autres transports publics, bus, cars postaux et trams.

Fin de l'infobox

En bref

- Les Chemins de fer fédéraux (CFF) estiment que l'interdiction de fumer lui coûtera environ 11 millions de francs.

- 8,5 milions seront consacrés à la transformation de quelque 3000 wagons.

- Les contrevenants s'exposeront à une amende de 25 francs.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.