Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Drame militaire: le commandant démissionne

Première tête à rouler suite à l'accident militaire sur la Kander: celle du commandant de corps Walter Knutti.

(Keystone Archive)

Le commandant des forces aériennes Walter Knutti démissionne avec effet immédiat après le drame qui a coûté la vie à cinq militaires sur la rivière Kander.

Le départ de Walter Knutti est motivé «par les déroulements contraires aux règlements et aux directives de la sélection des cadres au sein des Forces aériennes», a annoncé vendredi en fin d'après-midi le chef de l'armée Roland Nef devant la presse.

Les vérifications internes entreprises après le drame ont en effet mis au jour des manquements dans la sélection des cadres aux Forces aériennes, a précisé un communiqué du Département fédéral de la défense (DDPS).

Candidat trop jeune

Ainsi, des candidats à des stages de formation d'Etat-major général qui n'avaient pas été sélectionnés selon les dispositions en vigueur ont été proposés à l'approbation du chef de l'armée.

Parmi eux, le commandant de la compagnie de sûreté de transport aérien 3, qui a dirigé la descente fatale en canot pneumatique survenue le 12 juin dernier sur la rivière Kander (Oberland bernois).

Le chef de l'armée avait fait mettre son dossier de côté avant l'accident, car le commandant de compagnie n'avait pas l'âge minimal requis de 30 ans pour être convoqué au stage de formation d'Etat-major général 1.

Son dossier a été une nouvelle fois vérifié après l'accident et c'est là que des irrégularités ont été constatées.

Manquement de Walter Knutti

Or ce sont les subordonnés directs du chef de l'armée qui assument la responsabilité de la sélection des cadres. Ce sont également eux qui proposent au chef de l'armée les candidats appropriés pour les stages de formation d'Etat-major. «Dans le cas d'espèce, Walter Knutti est responsable des manquements constatés», a souligné Roland Nef.

S'il n'y a pas de causalité directe entre ces manquement et l'accident, le chef de l'armée estime toutefois qu'ils constituent une rupture de confiance entre lui et son subordonné.

Après d'intenses discussions, le chef des Forces aériennes en a donc tiré les conséquences et il a remis sa démission.

Sa succession sera assurée à titre intérimaire pa le divisionnaire Markus Gygax.

Réactions diverses

Réagissant à la nouvelle, l'Union démocratique du centre (UDC, droite nationaliste) a estimé que Walter Knutti n'est qu'un bouc émissaire dans cette affaire.

Selon son porte-parole Alain Hauert, c'est le ministre de la défense Samuel Schmid qui porte la responsabilité principale du drame.

De son côté, le Parti socialiste (PS) a salué la démission du chef des Forces aériennes. «Knutti prend ainsi ses responsabilités», a affirmé le porte-parole du PS Peter Lauener. «Ça n'a pas toujours été comme ça dans l'armée», a-t-il encore ajouté.

Et le PS d'exiger que le Conseil fédéral mette au point un concept global du commandement interne de l'armée.

Le Part radical-démocratique (PRD, droite libérale) s'est dit quant à lui surpris par la démission de Knutti et préoccupé par les justifications qui la sous-tendent.

Enfin, le président de la Commission de politique de sécurité du Parlement, le sénateur Hans Altherr, a qualifié d'«honorable» la décision prise par Walter Knutti.

swissinfo et les agences

En bref

L'accident militaire du 12 juin dernier a causé la mort de cinq militaires et en a blessé cinq autres.

Il est survenu sur un tronçon particulièrement dangereux de la rivière Kander, peu avant son embouchure dans le lac de Thoune.

Les militaires descendaient la rivière à bord de deux canots pneumatiques, lorsque ces derniers ont chaviré au passage d'un casse-crue.

Les 10 hommes impliqués dans le drame, tous officiers ou sous-officiers, participaient à un exercice récréatif dans le cadre d'un cours de répétition. L'exercice était dirigé par le commandant de la compagnie, lui-même blessé dans l'accident.

Une enquête préliminaire a été ordonnée contre lui pour suspicion d'homicide par négligence et lésions corporelles par négligence.

Le corps de la cinquième victime n'a toujours pas été retrouvé. Les recherches se poursuivent sur le lieu du drame.

Fin de l'infobox
(swissinfo.ch)


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×