Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Ecologistes suisses et allemands accordent leurs violons

Les Verts suisses estiment que leurs homologues allemands pourraient faire plus dans le domaine des transports.

(Keystone Archive)

Et si l'Allemagne introduisait une taxe poids lourd? C'est l'idée soufflée par des députés du parti suisse des Verts à leurs homologues allemands. En visite à Berlin, la délégation a parlé nucléaire, agriculture et surtout transports. Sur ces thèmes, Suisses et Allemands ont tenté d'atténuer leurs divergences.

«L'Allemagne est assez en retard en matière de politique des transports». Pour la conseillère nationale vaudoise Anne-Catherine Menetrey, les Verts allemands pourraient se montrer plus actifs dans ce domaine.

Le transfert de la route au rail est loin de se concrétiser et mériterait une plus grande concertation avec les pays voisins. L'Allemagne pourrait ainsi introduire une taxe pour les poids lourds, par exemple, comme en Suisse.

Autre idée soufflée par les parlementaires suisses: au moment où l'Allemagne est en train de ratifier les accords bilatéraux avec la Suisse, il serait bon que ce pays - les Verts en particulier - évoquent la levée du secret bancaire et fassent pression sur les autorités helvétiques.

Durant cette visite de trois jours, les conseillers nationaux écologistes ont aussi abordé la question de la participation de leur parti à un gouvernement. L'expérience des Verts allemands - avec les socialistes, ils forment une coalition gouvernementale - montre qu'il est difficile de maintenir une ligne.

Le nucléaire en est un exemple: sur ce dossier, les Verts allemands ont fait trop de compromis, aux yeux de leurs homologues helvétiques, des compromis liés précisément aux contraintes de la participation au gouvernement. Que ce soit sur ce dossier mais aussi sur des thèmes plus généraux comme l'agriculture ou l'énergie, les divergences existent entre Verts suisses et allemands.

Cette visite avait aussi pour objectif de les atténuer, «d'accorder les violons» pour reprendre les termes d'Anne-Catherine Ménétrey. La conseillère nationale vaudoise était notamment accompagnée de Ruedi Baumann et Cécile Bühlmann.

Les parlementaires écologistes ont, par ailleurs, été les hôtes de l'ambassadeur suisse à Berlin Thomas Borer-Fielding.

Germaine Müller, Berlin


Liens

×