Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Acheter en ligne, c'est acheter écolo

LeShop devrait atteindre cette année un chiffre d'affaires supérieur à 70 millions de francs.

Faire ses courses sur le web plutôt qu'en voiture et se faire livrer à domicile permet de réduire des deux tiers la consommation d'énergie.

Le supermarché en ligne LeShop, filiale de Migros, a reçu le satisfecit du bureau d'étude d'impact Estia, spécialiste en développement durable.

Fondé en 1997, le supermarché sur Internet LeShop a connu une histoire en dents de scie. Mais son avenir semble plus assuré depuis que Migros a repris 80% de son capital en 2004.

«Aujourd'hui, nous livrons 7500 produits et nous sommes des pionniers en Europe. Cette année, notre chiffre d'affaires devrait dépasser les 70 millions de francs et nous allons doubler notre capacité de production.»

Christian Wanner, secrétaire général de LeShop, est fier de démontrer aujourd'hui que «nous ne sommes pas des doux rêveurs et que la demande existe».

Une demande alimentée par les changements de la société et le travail au féminin, car la grande majorité des clients du commerçant en ligne sont les familles avec enfants dont les deux parents travaillent.

En semaine, un clic avant minuit et, le lendemain, la commande est déposée devant la porte entre 17h30 et 20h00 heures. C'est toujours ça de fait.

Un impact positif sur l'environnement

«Nos études visent plutôt à optimiser les impacts environnementaux des gros chargeurs, comme Michelin ou Nestlé, mais nous avons constaté qu'il y a certainement un enjeu environnemental avec ce mode de livraison collectif à des particuliers pratiqué par LeShop», souligne Bernard Paule, du bureau d'étude d'impact Estia.

Ce spin-off du laboratoire d'énergie solaire et de physique du bâtiment de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) s'intéresse au développement durable dans le bâtiment et les transports. Il base ses calculs sur des distances parcourues et le poids transporté et compare les différents scénarios.

«On considère qu'un particulier fait en moyenne 17 km en voiture pour faire ses courses hebdomadaires, explique Bernard Paule. Or une tournée de LeShop permet de livrer à une douzaine de ménages, l'impact est donc positif pour l'environnement.»

LeShop travaille avec ExpressPost, qui livre les produits chargés au centre de tri de Lausanne. Ces véhicules font quatre fois moins de kilomètres, selon les calculs de Bernard Paule.

Résultat, ce type de consommation «réduit en moyenne des deux tiers la consommation d'énergie et les émissions de CO2. L'étude calcule encore une diminution de 50% des nuisances (santé publique, écosystème, bruit).»

Et le consommateur?

Est-ce un argument de vente pour le consommateur? Non, répond Christian Wanner.

Mais le directeur général de LeShop s'empresse d'ajouter: «Nous avons réussi à améliorer le confort du consommateur en même temps que l'écologie ou le développement durable, ce qui, souvent, ne va pas de pair.»

En outre, l'épicier en ligne soigne ses intérêts économiques puisqu'il a tout intérêt à densifier ses livraisons et donc à réduire ses frais.

Ce n'est donc pas un moteur de croissance, mais Christian Wanner précise que c'est «un souci permanent, surtout en Suisse, où les gens sont plus concernés par l'écologie que dans d'autres pays».

Pour Bernard Paule, les gens et les choses évoluent favorablement. «Il y a deux ans, nous avons commencé à nous intéresser au développement durable dans les transports, mais c'était trop tôt. Aujourd'hui, tout le monde est conscient qu'il y a un problème de transport, de saturation de réseaux, de perte de temps, bref, c'est sur la table.»

D'autant plus cet été, avec l'augmentation de l'ozone dans l'air et... le saut du prix de l'essence.

A la Fédération romande des consommateurs (FRC), Aline Clerc estime de son côté que «si vraiment ce ne sont pas des achats qui peuvent être faits à pied, le bilan est bien sûr favorable».

«Nous n'avons pas tenu compte des achats de proximité, mais des courses hebdomadaires dont le poids moyen est de 66 kilos par client, donc impossibles à transporter à pied, et nous livrons en moyenne 800 kilos pour une douzaine de ménages», répond Bernard Paule.

swissinfo, Isabelle Eichenberger

Faits

Le chiffre d'affaires de LeShop.ch a augmenté de 40% à 32,7 millions de francs au 1er semestre 2006, une croissance qui perdure depuis 3 ans.
LeShop propose 7500 produits Migros et de marque aux prix de magasin, plus 7 à 12 francs de livraison.
LeShop se dit en mesure de desservir 80% des ménages suisses.
L'entreprise livre 100 tonnes de produits par jour et compte 30'000 clients réguliers. Sa part de marché est de 1 à 2% des ménages suisses.

Fin de l'infobox

Une histoire en dents de scie

LeShop.ch est le leader suisse du commerce de détail sur Internet et emploie actuellement 120 personnes.
Fondée en 1997 par un groupe d'entrepreneurs privés, il a son siège à Chavannes-de-Bogis (Vaud).
Il a frôlé la fermeture à la fin 2002, suite à la désaffection du groupe Bon Appetit, avant d'être racheté par des investisseurs début 2003.
Depuis début 2004, sa plate-forme est aussi utilisée pour la vente en ligne de produits Migros.
Au 1er janvier 2006, la Fédération des coopératives Migros a repris 80% du capital de LeShop SA.
Il va ouvrir un 2e centre logistique dans la région lausannoise et compte en ouvrir un nouveau tous les deux ans.

Fin de l'infobox


Liens

×