Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Augmenter les taux pour doper l'économie

La Banque nationale suisse se prononcera jeudi sur ses taux d'intérêt.

(swissinfo.ch)

Il faut élever les taux d'intérêt pour permettre à l'économie d'atteindre la croissance annoncée de 1,5% en 2006, selon la Fédération des entreprises suisses.

Cette prise de position intervient alors que la Banque nationale suisse (BNS) devrait augmenter la marge de fluctuation de ses taux d'intérêt de 0,5 à 1,5%.

Dans une situation économique toujours plus volatile, notamment avec les soubresauts du prix du pétrole, Rudolf Walser, chef économiste de l'organisation patronale economiesuisse, est convaincu qu'une augmentation des taux d'intérêt est «nécessaire pour que la BNS ait une meilleure marge de manœuvre à l'avenir».

«L'économie suisse est assez solide pour absorber une hausse. Elle s'est déjà adaptée dans la perspective d'une hausse pour jeudi», a déclaré M. Walser à swissinfo.

L'embellie se poursuit

Si elle a connu des difficultés en début d'année, l'économie suisse a nettement gagné en dynamisme ces derniers mois, a estimé Rudolf Walser. Fortement orientée à l'exportation, elle a su tirer profit de l'expansion observée à l'échelle planétaire.

«Malgré certaines incertitudes, on peut affirmer que l'économie suisse est solidement ancrée sur la voie de la croissance», estime M. Walser

Optimiste, economiesuisse table sur une croissance entre 1,5% et 2% l'an prochain. Même si l'expansion devrait être moins vigoureuse que cette année, l'évolution favorable des exportations devrait se prolonger.

Seul bémol: les perspectives en matière d'emploi. Le taux moyen de chômage, avec 3,8%, se situe au même niveau que l'an passé. Et même si la conjoncture reste orientée à la hausse l'an prochain, la Fédération suisse des entreprises n'escompte qu'un léger repli du chômage avec un taux de 3,6%.

Empreint d'une certaine morosité, le climat de consommation a, lui, présenté une embellie à partir de septembre. Pour 2005, economiesuisse s'attend à une croissance réelle de 1,7%, après une progression de 2,1% l'année dernière.

Des réformes indispensables

Pour Rudolf Walser, l'économie suisse a profité de la stabilité en Allemagne et la progression d'autres économies. Mais, lançant une mise en garde contre la complaisance, il a appelé à l'ouverture du marché de l'électricité, à l'amélioration du système éducatif et à une poursuite de la réforme de la fiscalité.

Le gouvernement est déjà en train d'étudier une réduction de la Taxe à la valeur ajoutée (TVA), mais le représentant d'economiesuisse estime que cela n'est pas suffisant et que cela implique des lenteurs politiques.

«La Suisse est relativement en retard sur la voie des réformes par rapport à d'autres pays. La politique fiscale n'est pas quelque chose de stable, elle doit être réformée en permanence et la Suisse doit se mettre à jour», conclut M. Walser.

swissinfo, Matthew Allen à Zurich
(Traduction: Isabelle Eichenberger)

Faits

Le 1er décembre, le Secrétariat suisse à l'économie (seco) a revu ses prévisions sur la croissance économique suisse de 1,3 à 1,7%.
Une semaine auparavant, l'OCDE avait prédit une croissance annuelle de 1,25%.
L'actuelle marge de fluctuation des taux d'intérêt Libor à trois mois de la BNS est de 0,5 à 1,5%, avec un taux préférentiel de 0,75%.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.