Navigation

Le chômage diminue en Europe, mais le Sud continue à souffrir

Le taux de chômage relativement faible dans la zone euro masque de grandes différences entre les 19 pays membres et même à l’intérieur des pays. Résumé en graphiques de la situation sur le marché du travail européen.

Ce contenu a été publié le 18 mai 2017 - 10:35

Au cours de la dernière année, plus d'un million de personnes sont sorties du chômage dans la zone euro. En février, le chômage a chuté à 9,5%, le taux le plus bas depuis mai 2009. Il y avait atteint un sommet de 12,1%, au plus fort de la crise financière de 2008.

Le chômage est généralement considéré comme un indicateur de la mauvaise santé d'une économie. Ainsi, les perspectives globales de l'économie de la zone euro reprennent des couleurs. Mais ces signes d'espoir sont atténués par les très grandes disparités entre les pays, comme l'illustre la carte animée ci-dessous.

La récession prolongée qui a duré de 2008 à 2013 a entraîné une forte hausse du chômage. Le marché suisse de la main-d'œuvre n'a guère évolué pendant cette période. Mais les pays d'Europe du Sud comme l'Espagne, la Grèce, le Portugal et l'Italie ont particulièrement souffert de la crise financière. En outre, la crise de la dette publique et les mesures d'austérité dans ces pays ont aggravé la situation.

Contenu externe


Contenu externe


D'autres facteurs peuvent expliquer la pénurie d'emplois dans le sud de l'Europe, comme le manque de programmes de formation professionnelle, des lois du travail rigides et le manque de flexibilité lié à la monnaie unique.

La baisse du chômage dans la zone euro est conforme aux attentes des analystes pour 2017. En février 2017, le taux de l'Allemagne était à son plus bas depuis la réunification du pays en 1990, à 3,9%. Pendant ce temps, celui de la Suisse est resté stable à environ 4,6% en 2016.

Contenu externe


Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.