Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Dossier agricole à l'OMC: l'optimisme de Deiss

Joseph Deiss (à gauche) en discussion avec le délégué suisse à l'OMC Luzius Wasescha.

(Keystone)

Même si aucun accord n'a pu être trouvé, des progrès ont été réalisés dans le dossier agricole, déclare le ministre suisse de l'économie Joseph Deiss à swissinfo.

A l'issue des négociations, les Etats-Unis ont regretté que leur proposition de réduction sensible des aides à l'agriculture n'ait pas convaincu l'Union européenne.

Les ministres de l'économie des grands pays de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) se sont séparés mercredi sans avoir avancé sur le dossier crucial de l'agriculture.

Les Etats-Unis, dont les propositions de réduction sensible des aides à l'agriculture semblaient de prime abord pouvoir débloquer la situation, ont imputé à l'Union européenne (UE) l'absence de progrès dans la discussion.

Les représentants de l'UE, des Etats-Unis, du Brésil, de l'Inde et de l'Australie - qui se veulent les fers de lance de la recherche d'un accord sur l'agriculture - se retrouveront toutefois la semaine prochaine à Genève. D'autres pays, dont la Suisse, participeront aussi aux discussions.

Les 148 membres de l'OMC doivent absolument s'entendre avant la dernière phase des négociations sur la libéralisation des échanges commerciaux mondiaux dites du «round de Doha» prévue en décembre à Hong-Kong.

Ce cycle de Doha doit permettre de donner un sérieux coup de pouce à l'activité économique et contribuer à sortir plusieurs centaines de millions de personnes de la pauvreté. Un échec la semaine prochaine à Genève serait fatal pour Doha.

Mais Joseph Deiss, lui, reste optimiste. Le ministre suisse de l'économie constate que désormais les points de vue sont clairement exprimés et qu'il y a encore un espoir d'aboutir à un accord global avant la fin de l'année.

swissinfo: Quel est votre sentiment à l'issue de ces négociations?

Joseph Deiss: Pour moi, le plus important est que désormais le processus est sur les rails, les propositions sont sur la table et les discussions ont véritablement démarré.

Il est trop tôt pour aboutir à un accord. De nouvelles propositions ont été faites par les Etats-Unis, l'UE et les importateurs nets de produits agricoles du G10.

Bien sûr, il reste de grandes divergences, mais maintenant nous savons où nous en sommes. C'est déjà un progrès.

swissinfo: Où se situe la Suisse parmi ces différents groupes de pays?

J.D.: Nous sommes l'un des deux leaders du G10 et, dans ce contexte, nous avons fait nos propres propositions.

Concernant les subventions à l'exportation, nous sommes prêts à y renoncer. Pour ce qui est de l'aide fédérale à la production intérieure, nous sommes sur la même longueur d'onde que les autres pays. Sur ce point, je dirais que la tendance est plutôt positive.

Il s'agit encore de résoudre d'importants problèmes autour de l'ouverture des marchés. Sur ce point, nous – le G10 – sommes fermement opposés à l'idée de plafonner les droits de douanes à un certain niveau.

Nous souhaitons aussi conserver une certaine flexibilité.

swissinfo: Il sera probablement difficile de convaincre les agriculteurs suisses d'accepter le résultat final des négociations...

J.D.: Ce sera extrêmement difficile puisqu'ils devront se soumettre à d'importantes réformes. Mais, au niveau national, nous avons déjà anticipé en partie l'accord de l'OMC avec la nouvelle politique agricole pour la période 2007-2011.

swissinfo: Les Etats-Unis accepteraient de couper sensiblement leurs subventions agricoles internes. Que pensez-vous de leur proposition?

J.D.: C'est un grand pas qu'ils font là. Reste à voir maintenant quelles seront les mesures concrètes qu'ils mettront réellement en place chez eux. Est-ce que cela signifie qu'ils sont prêts à revoir fondamentalement leur politique agricole?

swissinfo: L'UE est mise sous pression sur la question de l'ouverture des marchés. Quelle est votre opinion sur la position de l'Union européenne?

J.D.: Sur certains points, l'UE va moins loin que le G10. Dans ses propositions, il manque des éléments essentiels à nos yeux, tels que la question du plafonnement des droits de douane, que l'UE soutient et que nous rejetons fermement.

swissinfo: Selon vous, un accord peut-il aboutir d'ici la fin de l'année?

J.D.: Les discussions ont été constructives, ouvertes et calmes. Je suis donc optimiste.

Interview swissinfo: Clare O'Dea
(Traduction de l'anglais: Alexandra Richard)

En bref

- Mercredi, les négociations se sont achevées à Genève sans qu'aucun accord n'ait pu être trouvé sur le dossier agricole.

- Les Etats-Unis ont accepté de couper leurs subventions agricoles. Mais, en échange, ils ont demandé à l'UE et au Japon de les réduire davantage encore (coupe de 60% chez eux et de 80% dans l'UE et au Japon).

- En réponse, l'Union européenne s'est dit prête à réduire ses droits de douane de moitié. Une offre que les Etats-Unis ont jugée insuffisante.

- Les ministres de l'économie des grands pays de l'OMC doivent se réunir une nouvelle fois la semaine prochaine à Genève.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.