Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Eclatant de santé, ABB dénonce des paiements suspects

Le groupe technologique helvético-suédois a continué à profiter du boom du marché de l'électricité.

(Keystone)

Le groupe technologique annonce un doublement de son bénéfice et une hausse de 24% de son chiffre d'affaires au premier semestre. Les analystes n'en attendaient pas tant.

Une ombre au tableau toutefois: ABB a dénoncé à la justice américaine des paiements suspects effectués par des collaborateurs sur trois continents.

Avec un bénéfice net atteignant 1,27 milliard de dollars, le groupe helvético-suédois affiche un résultat deux fois plus élevé que celui réalisé au cours de six premiers mois de 2006, soit 571 millions de dollars.

Le bénéfice semestriel 2007 atteint même quasiment celui de l'ensemble de 2006 (1,4 milliard de dollars), a indiqué jeudi la multinationale sise à Zurich.

Quant au chiffre d'affaires, il s'est élevé à 13,4 milliards de dollars pour la période sous revue, soit une progression de 24% au regard des six premiers mois de 2006. Enfin les entrées de commandes se sont établies à 17,3 milliards, en hausse de 26%.

La demande est demeurée vigoureuse dans l'ensemble des secteurs d'activité et des régions, a précisé le groupe. Le résultat avant intérêts et impôts (EBIT) a ainsi bondi de 63% à 1,85 milliard de dollars. La marge opérationnelle s'est elle fixée à 13,9%.

Mieux qu'attendu

Les analystes ont qualifié cette marge de «favorable», celle-ci pointant même à 14,4% au 2e trimestre. D'ailleurs, les résultats ont dans leur ensemble clairement dépassé les attentes des experts.

Après une heure de négoce à la Bourse suisse, le titre ABB s'envolait de 3,6% à 28,7 francs, l'indice des valeurs vedettes SMI gagnant lui à peine 0,04%.

Fort de la bonne marche de ses affaires, ABB a également consolidé son assise financière au 2e trimestre, le groupe disposant à fin juin de 2,4 milliards de dollars de liquidités. A la même date, le degré d'endettement du groupe s'affichait à 25%, contre 26% trois mois plus tôt.

Le spectre de la corruption

La santé économique de la multinationale s'accompagne néanmoins de problèmes au niveau juridique. ABB a en effet dénoncé le 13 juillet auprès du Département américain de la justice de nouveaux paiements suspects effectués par des collaborateurs de filiales en Asie, en Amérique du sud et en Europe.

Les possibles irrégularités ont été découvertes lors de contrôles internes et «pourraient constituer une atteinte au Foreign Practices Act (FCPA) ou à d'autres lois en vigueur», a précisé ABB. Le dossier a été déposé auprès du Département américain de la justice et de la Securities and Exchange Commission (SEC).

Selon le groupe, l'affaire pourrait avoir des conséquences financières si elle entraîne des sanctions ou des pertes de marchés. ABB dit collaborer dans cette affaire avec les autorités compétentes et poursuit les enquêtes internes.

«Il faut tenir la question des paiements suspects à l'oeil», écrit à ce propos un analyste du Credit Suisse dans un rapport. «Mais pour le moment, nous ne la considérons pas comme un grand problème.»

Pour mémoire, l'an passé, quatre anciens cadres d'ABB se sont acquittés d'une amende totale de 235'000 dollars aux Etats-Unis pour une affaire de corruption au Nigeria. Les faits litigieux concernaient des pots-de-vin versés entre 1999 et 2001.

swissinfo et les agences

En bref

Ces dernières années, le groupe helvético-suédois a traversé plusieurs phases tourmentées, qui l'ont mené au seuil de la faillite en 2001.

En janvier 2007, ABB a dénoncé un cartel de 11 entreprises électriques, dont il faisait partie. En vendant la mèche, il a réussi à échapper aux sanctions financières de la Commission européenne.

En avril 2006, le groupe est parvenu à un accord dans le dossier des demandes de réparation liées à la production d'amiante aux Etats-Unis, ceci après dix ans de procédure. Cet accord lui a coûté près de 2 milliards de francs.

En juillet 2004, ABB a payé 20 millions de francs suisses aux autorités américaines après avoir plaidé coupable dans des affaires de corruption de responsables gouvernementaux en Afrique et en Asie.

En novembre 2002, ABB a annoncé la suppression de 10'000 emplois dans le cadre d'un programme de restructuration et d'économie.

En février 2002, le groupe a reporté une perte de 1,16 milliards de francs réalisée en 2001. En même temps, ABB a octroyé d'importantes indemnités de départ à ses deux anciens chefs Percy Barnevik (148 millions de francs) et Göran Lindahl (85 millions). Un accord à l'amiable avait ensuite été trouvé pour réduire la somme de ces indemnités à 96 millions de francs.

Fin de l'infobox

ABB au premier semestre

Chiffre d'affaires: 13,4 milliards de dollars (+24%)

Ebit (bénéfice avant impôts et amortissements): 1,85 milliard de dollars (+ 63%)
Bénéfice net: 1,27 millions de dollars (+ 121%)

Né 1988 de la fusion du Suédois Asea et du Suisse BBC Brown Boveri, ABB est l'un des leaders mondiaux des techniques de l'énergie et de l'automation. Le groupe emploie 111'000 collaborateurs dans 100 pays.

Fin de l'infobox


Liens

×