Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La croissance dope les revenus des ménages

Le revenu disponible est calculé en soustrayant les dépenses obligatoires du revenu brut.

(Keystone)

Stimulé par l'embellie de la conjoncture économique suisse, le 'revenu disponible' des ménages a progressé à 6500 francs par mois en 2005, soit 250 de plus que l'année précédente.

Les dépenses ont par contre augmenté pour ce qui est des impôts, des cotisations sociales, les hydrocarbures et la téléphonie mobile.

Les ménages suisses disposaient en moyenne d'un revenu disponible mensuel de 6507 francs en 2006, soit 250 francs de plus qu'en 2005, selon l'enquête sur les revenus et la consommation publiée lundi par l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Cette augmentation de 4% s'est produite alors que l'inflation atteignait 1,2%.

Elle provient surtout des revenus du travail. La croissance du revenu disponible s'observe dans toutes les classes de revenus, sauf les classes les plus basses, où les rentes représentent la principale source de revenus. En effet, les revenus des rentes sont restés stables dans une large mesure.

La tendance globale de porte-monnaies mieux remplis prend d'autant plus de relief que les Helvètes ont pourtant vu leurs dépenses croître dans tous les domaines. Elles ont atteint au total 8100 francs par mois, soit 420 francs de plus qu'en 2004.

Dépenses obligatoires en hausse

Le revenu disponible est calculé en prenant le revenu brut, auquel on soustrait les dépenses obligatoires. Ces dernières ont progressé de 210 francs environ. Les ménages ont en particulier payé davantage pour les cotisations sociales et les impôts.

En revanche, par rapport aux années précédentes, la charge des primes d'assurance-maladie sur le budget n'a pas augmenté de manière notable en 2005.

Les dépenses de consommation ont enregistré une progression globale de quelque 200 francs. Leur structure est restée la même pour l'essentiel, avec certains changements.

Logement et énergie

Ainsi, les dépenses pour le logement et l'énergie ont connu l'an dernier une hausse de 5% et occupent le premier rang des charges des ménages avec 1,370 francs par mois en moyenne par rapport à 2004.

Avec 630 francs, les dépenses pour l'alimentation sont restées pratiquement inchangées.

Par contre, les dépenses pour les transports ont pris l'ascenseur avec une hausse de 12% à 635 francs. Le prix des carburants en est à l'origine.

La consommation s'est nettement accrue dans les télécommunications, ce qui vient confirmer la tendance observée ces dernières années. Ainsi les dépenses pour la téléphonie mobile ont augmenté de 10 francs par mois pour s'élever à 62 francs, alors que les prix dans ce domaine ont plutôt reculé.

Téléphone mobile et Internet

Par ailleurs, les ménages possèdent bien plus de téléphones portables. Avec 1,5 appareil de plus par ménage en moyenne, c'est 11% de plus qu'en 2004. A l'inverse, les dépenses pour la téléphonie fixe ont diminué de 5 francs et se situent maintenant à 78 francs.

Les dépenses consacrées à l'utilisation d'Internet ont également pris de l'ampleur. En 2005, elles se chiffraient à environ 15 francs par mois, soit une progression de plus de 45% par rapport à 2004.

Dans le même temps, le nombre d'ordinateurs en possession des ménages s'est également accru de 5 points, pour atteindre environ 76%.

swissinfo et les agences


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×