Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La grève française met une raffinerie suisse à sec

La raffinerie de Cressier, dans le canton de Neuchâtel, a été contrainte de fermer mardi en raison de la grève qui affecte sa source d’approvisionnement, le terminal pétrolier de Fos-sur-Mer, dans le Sud de la France. Sa réouverture dépendra de l’issue du conflit social dans l’Hexagone.

L'oléoduc qui relie la raffinerie de Cressier au terminal de Fos-sur-Mer (près de Marseille) ne transportait plus de pétrole brut depuis le début de la grève contre la réforme des retraites, qui a débuté il y a près de trois semaines. Depuis, la raffinerie tournait au ralenti. La production était assurée par ses propres réserves, avait indiqué à la mi-octobre Petroplus, le groupe zougois qui exploite la raffinerie.

L’approvisionnement de la Suisse n'est pas menacé, car «il est diversifié», expliquait à la mi-octobre Philippe Cordonier, porte-parole de l'Union pétrolière suisse. «Si l'un des points d'entrée fait défaut, d'autres canaux peuvent pallier la situation». L'autre raffinerie de Suisse, celle de Tamoil sise à Collombey, dans le canton du Valais, reçoit son pétrole brut via un oléoduc qui prend sa source à Gênes.

La fermeture de la raffinerie de Cressier n'entraîne donc que peu de conséquences pour le consommateur suisse, selon l'Union pétrolière. Les installations de Collombey et de Cressier ne transforment que 40% des produits raffinés disponibles en Suisse. Le reste est importé.

Berne a néanmoins envisagé la semaine passée de débloquer les réserves obligatoires pour assurer l'approvisionnement des aéroports. Ces réserves doivent garantir la consommation normale dans toute la Suisse pendant au moins trois mois, et ce en cas de panne complète de l'approvisionnement.

swissinfo.ch et les agences


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.