La Suisse a un tourisme de classe supérieure

Les beautés naturelles, comme ici le Cervin, font partie des atouts touristiques de la Suisse. Keystone

Selon le classement mondial du World Economic Forum (WEF), la Suisse est le pays le plus attractif pour le tourisme et l'industrie des voyages, devant l'Autriche et l'Allemagne.

Ce contenu a été publié le 01 mars 2007 - 21:51

Les pays traditionnels du tourisme, comme la France, l'Espagne ou l'Italie, sont nettement moins bien classés.

Publié jeudi, l'index du WEF s'intéresse à la compétitivité dans le secteur touristique en se basant sur treize critères. Ceux-ci prennent notamment en compte les ressources naturelles, la compétitivité des prix, l'infrastructure, le système de santé, l'environnement politique ou encore la législation en matière d'environnement.

Avec une note de 5,66, la Suisse décroche le 1er rang mondial. Elle est suivie de l'Autriche (5,54) et de l'Allemagne (5,48). L'Islande, les Etats-Unis, Hongkong, le Canada, Singapour, le Luxembourg et le Royaume-Uni figurent également parmi les dix premiers du classement.

Bien qu'il s'agisse du pays qui reçoit le plus de touristes au monde, la France ne pointe qu'au 12e rang. L'Espagne est 15e et l'Italie 33e. Quatre Etats africains (Tchad, Burundi, Angola et Lesotho) occupent quant à eux les derniers rangs de cette liste de 124 pays.

Pas un concours de beauté

Cette enquête n'est pas un concours de beauté des pays de vacances, explique Jennifer Blanke, économiste auprès du WEF. Il s'agit beaucoup plus de juger les différents facteurs qui contribuent au développement de l'industrie du tourisme et des voyages. L'économiste note au passage que, dans de nombreux pays, l'industrie touristique représente un secteur clé en termes de croissance économique et de création d'emplois.

La première place de la Suisse s'explique notamment par son excellent système de santé, par l'hygiène de l'eau potable, par l'infrastructure des chemins de fer ainsi que par les écoles d'hôtellerie de réputation mondiale.

La Suisse est par ailleurs un pays extrêmement sûr. De plus, elle est particulièrement bien dotée au niveau naturel et culturel avec six sites classés au patrimoine mondial de l'UNESCO. La législation suisse concernant la protection de l'environnement est d'ailleurs considérée par les experts comme sévère et efficace.

Un classement pour les investisseurs

Hansruedi Müller, professeur à l'Institut de recherche pour les loisirs et le tourisme de l'Université de Berne, considère ce classement comme important et crédible, à condition de le prendre pour ce qu'il est. Les experts du WEF en effet n'ont pas voulu mesurer la valeur du «produit touristique suisse», mais bien plus l'attractivité de la Suisse pour les investisseurs du secteur touristique.

«C'est certainement pour cette raison que le facteur gastronomie, par exemple, n'a pas été pris en compte. Parce que pour les investisseurs, il ne signifie pas grand'chose», explique le professeur à swissinfo.

Malgré cela, Hansruedi Müller n'est pas convaincu par les mauvaises notes qu'obtiennent les employés du secteur touristique en Autriche et en Allemagne. «Les employés qui travaillent en Suisse sont nettement mieux notés, ce qui me semble curieux, lorsque l'on voit que pas mal d'entre eux viennent justement d'Autriche et d'Allemagne», remarque le professeur.

Le handicap d'une vie chère

Au final, ses nombreux avantages compensent largement le principal handicap de la Suisse: le niveau très élevé des prix. Sur ce point particulier, la Suisse se retrouve dans les profondeurs du classement (115e rang). Seuls neuf autres pays se révèlent encore moins compétitifs au niveau des prix.

Il n'empêche que le pays parvient à maintenir son statut de pays le plus favorable au développement du tourisme. La Suisse était déjà parvenue, pour la première fois, au premier rang du classement du WEF l'an dernier. Par ailleurs, l'entreprise de conseils Ernst & Young l'avait déjà consacrée pays européen le plus attractif pour les entreprises.

swissinfo et les agences

Faits

Le classement du WEF:
1. Suisse
2. Autriche
3. Allemagne
4. Islande
5. Etats-Unis
6. Hongkong
7. Canada
8. Singapour
9. Luxembourg
10.Royaume-Uni
12.France
15.Espagne
33.Italie

End of insertion

En bref

Le Word Economic Forum a été créé en 1971 par Klaus Schwab sous le nom de Management Symposium in Davos.

Cette rencontre annuelle s'est toujours tenue à Davos, excepté en 2002. Quatre mois après les attaques terroristes du 11 septembre, les «global leaders» de l'économie s'étaient retrouvés à New York.

Cette année, 2400 personnes venues de 90 pays ont participé au WEF de Davos. La rencontre était placée sous le thème «L'évolution dans l'équilibre des forces».

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article