Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les négociations de l'OMC font étape en Suisse

L'agriculture est le dossier le plus chaud au menu des négociations.

(Keystone)

Des rencontres ont lieu cette semaine en Suisse pour faire avancer les négociations avant le sommet de Hong Kong de l'Organisation mondiale du commerce.

Les officiels suisses espèrent que ces sessions aideront à sortir le dossier agricole de l'impasse et à ouvrir la voie à un accord global sur l'abaissement des barrières commerciales.

Les ministres du commerce d'au moins 16 pays doivent se rencontrer lundi à Zurich à la demande de leur homologue étasunien Rob Portman. La Suisse y sera représentée par le ministre de l'économie Joseph Deiss.

Mardi matin, les discussions se déplaceront à Genève, avec l'assemblée du groupe de pays en développement dit «G20». Elle sera suivie l'après-midi par une rencontre entre les Etats-Unis, l'Union européenne, le Brésil, l'Australie et l'Inde, groupe de pays baptisé les «cinq parties intéressées» (FIP, selon le sigle anglais).

A Genève encore est prévue mercredi une réunion du FIP étendu, à laquelle Joseph Deiss prendra part. Et jeudi, le Comité des négociations commerciales de l'OMC prendra connaissance de l'état des travaux.

«Le but des ces discussions est de relancer les préparatifs pour le Sommet de Hong Kong, explique Luzius Wasescha, ambassadeur délégué pour la Suisse aux accords commerciaux. A la fin de la semaine, nous devrions avoir une première idée du niveau auquel les différents partenaires placent leurs ambitions».

Le délicat dossier agricole

Les discussions devraient porter sur tous les sujets, mais c'est bien le dossier agricole qui soulève le plus de controverses.

«Les Etats-Unis doivent présenter une nouvelle proposition sur le montant de leurs subventions agricoles, qui créent une grave distorsion de la concurrence mondiale et qui bloquent l'accès aux marchés des pays pauvres», expliquait Christian Häberli, responsables des affaires internationales à l'Office fédéral de l'agriculture, avant le début des négociations.

«Cette offre de Washington pourrait ouvrir la voie à des solutions de compromis, poursuit le haut fonctionnaire. Joseph Deiss est très inquiet et va s'engager dans ces négociations pour essayer de sauvegarder les intérêts de la Suisse».

Les pays du Sud demandent en effet à ceux du Nord de cesser de subventionner leurs agricultures domestiques. Ces derniers se disent prêts à le faire, en échange d'une plus grande ouverture des marchés à leurs produits et à leurs services.

Un défi énorme


«C'est un défi énorme pour nous, avertit Christian Häberli. Suivant le résultat de ces négociations, on pourrait voir s'accélérer l'adoption de ce que l'on nomme pudiquement des "ajustements structurels". Et cela signifierait une évolution considérablement plus rapide que tout ce que nous avons connu ces cinquante dernières années».

Les pays membres de l'OMC aimeraient arriver à fixer les termes de l'accord avant le sommet de Hong Kong, qui se tiendra du 13 au 18 décembre. On pourrait ainsi boucler le cycle de négociations entamé à Doha et qui dure maintenant depuis quatre ans.

Le but est de réduire les barrières protectionnistes et de favoriser ainsi le commerce afin d'aider au développement des pays les plus pauvres.

Les experts estiment que si aucun plan d'accord n'est trouvé à Hong Kong, cela signifiera le mort définitive du cycle de Doha, qui aurait initialement dû s'achever l'année dernière. Mais Luzius Wasescha a bon espoir que le sommet permette d'avancer.

«Hong Kong doit être un succès, note le négociateur helvétique. Et j'estime réaliste de croire que le cycle de Doha peut être bouclé à fin 2006. Si le sommet ne permet pas d'aller assez loin mais que nous marchons dans la bonne direction, il faudra accélérer le rythme l'année prochaine».

swissinfo, Isobel Leybold-Johnson
(traduction de l'anglais: Marc-André Miserez)

Faits

Lancé en novembre 2001, le cycle de négociations commerciales de Doha devait initialement être bouclé en 2004.
En septembre 2003, la conférence ministérielle de Cancun s'est séparée sur un constat d'échec.
Les 148 pays membres de l'OMC espèrent maintenant boucler le cycle pour la fin 2006.
La prochaine étape décisive sera la conférence ministérielle de Hong Kong, du 13 au 18 décembre.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.