Navigation

L’écart de salaire reste énorme dans les grandes entreprises

La différence entre les salaires les plus élevés et les salaires les plus bas dans les grands groupes suisses reste abyssale. La situation est dénoncée par le syndicat Unia, qui vient de publier une étude sur les différences salariales.

Ce contenu a été publié le 11 juin 2019 - 15:45
tvsvizzera.it/mar
Le grand patron d'UBS Sergio Ermotti reste le top manager le mieux payé de Suisse. © Keystone / Georgios Kefalas

Dans son étudeLien externe, le syndicat a analysé les rétributions dans les 36 principales entreprises suisses en 2018. L’écart des salaires, révèle Unia, s’est légèrement réduit, passant d’un rapport de 1 à 137 en 2017 à 1 à 134 l’an dernier.

On trouve l’écart le plus important – de 1 à 267 – chez le géant bancaire UBS. Son patron Sergio Ermotti, le dirigeant le mieux payé du pays, a gagné 13,9 millions de francs en 2018, soit légèrement moins que l’année précédente (- 0,6%). En d’autres termes, il gagnait 7700 francs de l’heure. «Deux mois en tant que PDG d’UBS valent jusqu’à 50 ans de travail dans une maison de retraite», commente le syndicat dans son étude.


Contenu externe

Selon le syndicat, le niveau des salaires versés aux directeurs généraux (181 millions de francs) et aux membres de la direction des 36 entreprises analysées (près d'un milliard de francs) montre que «l’initiative contre les salaires abusifs n'a pas résolu le problème des salaires exorbitants». Cette initiative populaire, qui visait à limiter les salaires des cadres supérieurs, avait été acceptée en votation en 2013.

Le syndicat critique également la rémunération versée aux cadres supérieurs des grandes sociétés proches de l’Etat. Urs Schaeppi, patron de Swisscom, a gagné 1,5 million de francs, tandis que ses homologues de La Poste Ulrich Urni et des Chemins de fer fédéraux (CFF) Andreas Meyer ont respectivement touché environ 1,1 et 1 million.

Il y a trois ans, Corrado Pardini, conseiller national socialiste et membre de la direction générale d'Unia, avait déposé une motionLien externe demandant un plafond de 500'000 francs pour les dirigeants des entreprises dont la Confédération est l'actionnaire majoritaire. Cependant, la proposition avait été rejetée par le gouvernement, pour qui «fixer des plafonds qui dépendent de la fonction et du budget reviendrait à intervenir trop fortement et directement dans la gestion des entreprises.»

Plus d'argent pour les actionnaires que pour tous les employés

Dans son étude, Unia a également analysé les différences entre les dividendes versés aux actionnaires et les montants versés à l'ensemble des salariés.

Trois sociétés ont versé plus d'argent aux actionnaires qu'aux employés. Ems Chemie est en tête de liste, avec 244 millions de frais de personnel et 432 millions aux actionnaires. A elle seule, la famille Blocher, actionnaire majoritaire de l'entreprise, «a gagné 57,6 millions de plus que le total des salaires versés aux 3075 employés», affirme le syndicat.

D'autres grands groupes comme Nestlé et Novartis, qui ont versé l'an dernier des dividendes de l'ordre de plusieurs milliards et lancé d’importants projets de rachat d'actions, ont en même temps annoncé un démantèlement de respectivement 550 et plus de 2000 emplois.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.