Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Votations du 24 septembre Réforme des retraites: suspense jusqu’à la dernière minute

votations fédérales du 24 septembre

Il y a désormais 20 ans que le peuple suisse a approuvé la dernière réforme du système de prévoyance, avec la 10e révision de l'AVS. 

(freshfocus)

Après plusieurs tentatives avortées, la Suisse réformera-t-elle son système de prévoyance? Le peuple suisse se prononce dimanche 24 septembre sur un vaste projet du gouvernement, soutenu par la majorité du Parlement, destiné à garantir le financement des retraites. Malgré une courte avance du oui, l’issue du vote reste incertaine. Les citoyens devraient par contre accepter facilement d’inscrire les principes de la sécurité alimentaire dans la Constitution suisse.

C’est l’un des plus importants projets de réforme soumis à votation depuis plusieurs années. Le peuple suisse est appelé le 24 septembre à se prononcer sur la Prévoyance vieillesse 2020. L’objectif est de garantir le financement des retraites des Helvètes. Les rentes sont en effet menacées par plusieurs facteurs: le vieillissement de la population, le tassement de la croissance économique et des taux d’intérêts bas.

La nécessité de procéder à des adaptations du système de prévoyance vieillesse, qui se base sur le principe des «trois piliers», met tout le monde d’accord. Faute de réforme, l’Assurance vieillesse et survivants (AVS) et la prévoyance professionnelle plongeront dans les chiffres rouges. L’AVS pourrait accumuler une perte de 3 milliards de francs en 2025 et de 7 milliards en 2030, selon les scénarios du Conseil fédéral.

(swissinfo.ch)

La manière de réformer les retraites fait toutefois débat. Toutes les tentatives de réforme de la prévoyance étatique et professionnelle se sont jusqu’ici soldées par un échec, rejetées par le Parlement ou par le peuple. Le projet Prévoyance vieillesse 2020 concerne pour la première fois le premier et le deuxième pilier.

La réforme prévoit quatre changements principaux:

-      L’âge de la retraite des femmes est adapté sur celui des hommes, passant donc de 64 à 65 ans.

-      Le taux de conversion du capital de prévoyance professionnelle est abaissé de 6,8 à 6%.

-      Le taux de Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) est relevé de 0,6 point de pourcentage, pour renflouer l’AVS.

-      Pour compenser ces mesures, un bonus de 70 francs par mois sera accordé aux nouveaux rentiers.

Les deux camps au coude-à-coude

La Prévoyance vieillesse 2020 est soutenue par les principales forces politiques du centre et de la gauche – Parti démocrate-chrétien, Parti bourgeois démocratique, Verts libéraux, Parti socialiste et Parti écologiste suisse – pour qui il s’agit d’une réforme équilibrée permettant d’assurer les rentes et de renforcer l’AVS.

En revanche, les partis plus à droite – Union démocratique du centre et Parti libéral-radical – s’y opposent, considérant que le projet est injuste et incapable de résoudre les problèmes de la prévoyance vieillesse. La réforme est aussi combattue par certains syndicalistes et des groupes de gauche, qui rejettent l’augmentation de l’âge de la retraite pour les femmes ainsi que les réductions de rentes.

Une courte majorité des personnes interrogées s’exprimeraient en faveur de la réforme, selon le dernier sondage de la Société suisse de radiodiffusion et télévision (SSR) réalisé il y deux semaines. Les opposants avaient toutefois gagné du terrain en septembre, ce qui laisse présager un résultat très serré.

Pronostic favorable pour la sécurité alimentaire

L’approbation ce dimanche de l’arrêté fédéral sur la sécurité alimentaire ne fait au contraire que peu de doute. Cet objet n’a guère suscité d’opposition. Il s’agit d’un contre-projet à l’initiative populaire «Pour la sécurité alimentaire» - déposée par l’Union suisse des paysans (USP) – qui exigeait le renforcement de l’approvisionnement de la population «avec des denrées alimentaires issues d’une production indigène diversifiée et durable». Son objectif était de freiner la perte de terres cultivables et garantir la viabilité des exploitations agricoles.

Jugeant l’initiative trop vague, la Parlement a décidé de lui opposer un contre-projet direct formulé de manière plus précise. Celui-ci vise à préserver les bases de la production agricole et à promouvoir une chaîne alimentaire respectueuse des ressources et orientée vers le marché. Ce texte a convaincu les promoteurs de l’initiative, qui l’ont retirée.


Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×